Pelicans

Les Pistons ont de la visite : Anthony Davis, le monstre qui avait déjà planté 59 points à Detroit

Anthony Davis
Source image : NBA League Pass

Pas très en forme ces derniers temps, les Pistons ne pourront pas profiter de leur dimanche soir pour recharger leurs piles car un extra-terrestre sera en visite dans le Michigan : coucou, ici Anthony Davis, prêt à défoncer Detroit.

Le mois de décembre a commencé pour les hommes de Dwane Casey, et comme annoncé, ça fait mal dès la première semaine. D’abord vainqueurs face aux Warriors notamment, les potes de Zaza Pachulia ont enchaîné trois défaites consécutives, face à trois grosses bagnoles de la Conférence Est comme de l’Ouest : Milwaukee, Oklahoma City, Philadelphie, tendu. Peut-être que l’adversaire du soir, dont le nom ne finit pas sur une sonorité aiguë, portera chance aux Pistons. Une chose est sûre, il va falloir se reprendre et vite car la compétition n’a pas de temps à perdre avec les équipes se chiant dessus à l’approche de Noël, et c’est tout ce qui semble être véhiculé par Detroit depuis une semaine. L’avantage de l’affiche de ce dimanche ? C’est qu’en face, les Pelicans ne sont pas dans une forme étincelante. La victoire contre Dallas était intéressante, mais les montagnes russes sont trop violentes pour les boys d’Alvin Gentry, et par conséquent c’est une sale place qui est occupées par NOLA en ce moment dans le classement. Allez, 13 victoires pour 14 défaites, c’est pas la fin du monde mais c’est clairement pas assez pour aller bassiner l’élite de l’Ouest. Sur les 10 derniers matchs, la franchise de Louisiane en a perdu 7 et ce serait donc mal venu d’en lâcher un autre en déplacement. S’il y a bien un garçon qui va faire en sorte que ce ne soit pas le cas, c’est Anthony Davis. Mais un copain qui assure grave en ce moment et dont on ne parle également pas assez, c’est Julius Randle : meilleur marqueur des Pels sur les trois dernières rencontres, l’intérieur devrait encore bien produire face à un Blake Griffin loin d’être surdoué en défense.

Il y a donc opposition entre deux équipes en clair besoin de victoire, mais il y a aussi retrouvailles entre un joueur et une ville dans laquelle il a tout cramé. Nous étions en 2016, fin-février pour être précis. Il y a bientôt trois ans (déjà !), Anthony Davis rentrait dans l’histoire en claquant 59 points et 20 rebonds, sur la tête d’Andre Drummond et compagnie. Car oui, Dédé était là à l’époque et il prenait déjà pas mal la sauce de la part des grands intérieurs adverses. Les choses ont changé depuis (salut Joel), les Pistons sont aujourd’hui axés vers le top de l’Est et les Playoffs, ambiançant une Little Caesar qui manque encore de chaleur pour ses premiers mois avec ses boys. Ce qu’il faudrait éviter ? C’est qu’AD nous tape une nouvelle performance all-time ce soir, surtout après avoir pas mal laissé Randle faire le job récemment. Gêné à la cheville, le All-Star aura du pain sur la planche en ayant Drummond et Griffin à contenir près de son cercle, mais c’est surtout dans le paysage global que Davis doit se faire violence. Giannis ici, Curry là, Kawhi ou LeBron dans le lot, quand est-ce qu’on doit reparler du monstre de New Orleans dans la course au MVP ? Les résultats collectifs doivent faire écho à ses performances, mais attirer toute l’attention autour d’une giga-soirée peut représenter un premier pas. Il y a, en tout cas, quelque chose qui se prépare dans la marmite de Davis, et la potion pourrait être utilisée dès ce soir.

Que ceux qui veulent se faire un kif tentent l’expérience à 21h30 : Pistons – Pelicans, deux équipes en manque de confiance, un kraken au milieu de tout ça et une ville toute entière qui tremble à l’idée de le revoir engloutir le Michigan. Vas-y AD, lâche-toi.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top