Raptors

Retour du Coach of the Year 2018 et émotion attendue à Toronto : rappel, on parle bien de Dwane Casey

Dwane Casey

« Ils annoncent le COY et là, tu sais pas quoi ? C’était moi ! »

Source Image : Youtube

Promis, on ne vannera pas trop Dwane Casey sur son titre de Coach de l’Année ici. En même temps, la phrase se suffit à elle-même. On ne le fera pas parce qu’en vue de la réception des Pistons à 1h30 ce soir, les Raptors s’attendent à une séquence émotion à Toronto. À commencer par les tauliers de la franchise.

On peut penser ce que l’on veut du passage de Dwane Casey comme coach des Raptors au niveau du jeu proposé et des résultats, notamment en Playoffs, il n’en reste pas moins qu’il aura laissé un souvenir important chez les joueurs au cours de ces sept années. Des liens se forment au fil des saisons et des victoires. Peut-être encore plus dans les défaites majeures pourront dire les mauvaises langues. Le fait est que le Pistons – Raptors en territoire canadien de cette nuit sera l’occasion de retrouvailles émouvantes avec certains joueurs. Kyle Lowry, par exemple, s’est exprimé sur cet événement au micro de CBS Sports.

« Ce sera différent, mais je vais tout de même essayer d’avoir sa tête et celle de son équipe. Notre relation a beaucoup évolué, d’un gars qui ne croyait pas en ce que je faisais, et moi n’ayant pas confiance en ce qu’il voulait, puis on est allé de l’avant. ‘Ecoute je crois en ce que tu peux faire’, et moi disant ‘D’accord, si tu me le montres, je t’écouterais plus et nous aurons une bonne relation’. […] Il est devenu un grand coach dans la relation avec les joueurs. Et ayant chacun de jeunes enfants… ils jouaient au foot ensemble, donc nous avons aussi créé des liens en dehors du terrain. »

On devine donc à quel point le meneur des Raptors et son ancien coach sont proches, sur et en dehors des parquets, malgré des débuts qu’il confesse un peu tumultueux. C’est sous ses ordres que le meneur s’est accompli jusqu’à devenir All-Star lors des quatre dernières saisons : forcément, ça rapproche. Autre taulier du roster canadien rendant hommage à Dwane Casey avant cette rencontre, Jonas Valanciunas. Sous ses 2m13 et ses 120kg, le pivot lituanien cache, semble-t-il, un cœur tendre et espère que la Scotiabank Arena réservera un accueil chaleureux à celui qui était, jusque là, le seul coach qu’il ait connu en NBA depuis son arrivée dans la Ligue lors de la saison 2012-13.

« Il a fait de très bonnes choses pour la ville et pour l’équipe. Je pense que tout le monde le respecte beaucoup. […] C’est un business, nous devions aller de l’avant et il a vraiment bien terminé, c’est la vie. Parfois, on se sépare. »

Respect total pour Dwane Casey donc. Et c’est compréhensible : malgré les contre-performances en postseason, les massacres infligés par LeBron James et donc la naissance de LeBronto, il est tout de même celui qui a mené ces gars à battre le record canadien de victoires en saison régulière l’année dernière (59 victoires pour 23 défaites). Et puis, pour une fois que quelqu’un remporte un trophée à Toronto, ce serait dommage de ne pas le célébrer ! Alors avant la rencontre, c’est prévu : tout le monde les yeux au ciel, et on admire la vidéo hommage sur les écrans géants, qui ne compilera probablement pas ses meilleurs systèmes offensifs. D’ailleurs, quels systèmes ?

Des retrouvailles émouvantes en perspective pour Dwane Casey et son ancienne franchise, qui nous montre qu’il reste encore un peu d’humanité dans ce business de brutes sans pitié que peut être la NBA. Cela ne fera pas oublier que la rencontre sera sûrement bien moins tendres entre deux équipes candidates, au grand minimum, aux Playoffs et des raquettes bien fournies. 

Source texte : CBC Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top