Bulls

L’arrivée de Jabari Parker aux Bulls coûte la place dans le roster de Paul Zipser : Chicago pleure l’une de ses mascottes

Paul Zipser

Dommage collatéral.

Source image : YouTube

Apprécié par les fans du United Center, Paul Zipser ne sera plus un Bull l’an prochain. Coupé pour faire de la place à Jabari Parker, débarqué en provenance de Milwaukee et qui évolue sur le même spot que lui, l’Allemand se retrouve ainsi agent libre. Pas forcément une surprise pour celui qui avait taclé assez sévèrement la direction de sa franchise il y a quelques mois.

C’est officiel, les Bulls ont engagé Jabari Parker pour deux saisons et 40 millions de dollars. Si le montant déboursé par le binôme infernal GarPax pour un joueur victime deux fois d’une rupture des ligaments croisés du genou fait grincer les dents de la plupart des fans des Bulls, cela sonne comme un retour au bercail pour le natif de Chicago. Encore bien inspiré, Fred Hoiberg et sa clique envisagent de faire jouer l’ancien numéro 2 de Draft au poste 3. Pas de chance, l’aile c’était également le poste préférentiel de l’allemand Paul Zipser. L’Allemand et Julyan Stone, pour sa part fraichement débarqué dans le deal incluant Timofey Mozgov, ont donc payé les pots cassés. Paul Zipser avait été été drafté en 48ème position de la cuvée 2016 par la franchise de l’Illinois. Il évoluait auparavant en Europe, au Bayern Munich, avec lequel il tournait en 7,1 points, 3,6 rebonds et 1,4 passe décisive en 18,5 minutes par match. Des moyennes complètes et prometteuses pour celui qui a été élu meilleur jeune du championnat allemand en 2015-16. International allemand et excellent shooteur, c’est donc fort logiquement qu’il est ensuite allé tenter sa chance Outre-Atlantique.

Utilisé comme titulaire en fin d’exercice 2016-17 puis en début de saison dernière, Zipser remplissait correctement son statut de role player. Devenu spécialiste du bombardement derrière l’arc, il est très vite devenu l’une des coqueluches du United Center, toujours friand de ces profils d’ailiers européens rappelant au bon souvenir de Toni Kukoc. Toutefois, gêné par une blessure au pied, son temps de jeu a été réduit cette saison, passant de 19 minutes par match à 15. Ses statistiques s’en ressentent également puisqu’il n’aura tourné cette saison qu’à 4 points à 33,6% à 3 points et 2,4 rebonds de moyenne. Une situation mal vécue par Zipser qui en veut à sa direction. Il ira même plus loin en les accusant dans une interview accordée au média allemand Rhein-Neckar-Zeitung, de le laisser sur la touche en fin de saison afin de pouvoir tanker tranquillement. Pour rappel, Chicago mettait au repos forcé des cadres de l’équipe comme Justin Holiday ou Robin Lopez, paye tes cadres, pour sécuriser un pick haut classé à la prochaine draft. Un comportement qui leur a valu un avertissement de la part d’Adam Silver.

« Je suis assez sûr que, pour ma carrière, je ne veux plus vivre une année comme celle-ci. Je n’en vois pas le but. Il n’y a plus d’amusement, et c’est ce que j’aime dans le sport. Les Bulls peuvent activer l’option sur mon contrat jusqu’à mi-juillet, pour me garder ou pas. Je ne serais pas surpris qu’ils ne veuillent plus de moi. »

Désormais, Paul Zipser doit retrouver une équipe. Ce sera peut-être en NBA car à 24 ans, le potentiel de l’Allemand est loin d’être exploité. De plus, beaucoup d’équipes de la Ligue ont besoin d’ailiers shooteurs capable d’apporter du spacing et de l’efficacité en sortie de banc. Sinon, il reste encore l’option « retour en Europe » et plusieurs équipes d’Euroleague ne tarderont pas à se pencher sur son cas si son avenir Outre-Atlantique ne se décante pas.

Source; Rehin-Neckar-Zeitung

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top