Cavaliers

LeBron James dicte sa loi à Denver : 39 points, 10 caviars, 8 rebonds, les Cavs s’accrochent au podium à l’Est

LeBron James - Cavaliers

Une soirée de plus au bureau pour le King.

Source image : NBA League Pass

Directement menacés par Washington, Indianapolis et Philadelphie, les Cavaliers se savent observés lors de ce début de road-trip à l’Ouest. La première escale à Denver s’est bien passée et LeBron James était encore dans un grand soir.

Avec seulement 2,5 matchs d’avance sur les Sixers, sixièmes, Cleveland paye son très mauvais mois de janvier et n’a plus trop de jokers dans sa main. Il s’agit d’enchaîner les victoires pour au moins valider une place sur le podium à l’Est, un minimum pour une équipe finaliste en titre possédant accessoirement le meilleur joueur de la planète. D’autant que contrairement aux saisons précédentes, LeBron n’est pas épargné. Son temps de jeu est certes légèrement moins conséquent que l’année dernière (à quelques secondes près), mais le quadruple MVP n’a pas eu le droit à ses traditionnels RTT aux alentours de la Saint-Sylvestre. Avec les blessures de Kevin Love et Tristan Thompson, Tyronn Lue a besoin d’absolument tout le monde sur le pont, à commencer par son leader de 33 ans. Pas de problème pour le King qui ne comptait pas abandonner ses coéquipiers en bas de la montagne de toute façon. A Denver, c’est encore lui qui a montré l’exemple en rentrant bien dans son match comme en témoignent ses 22 points à la pause qui permettait à Cleveland de regagner les vestiaires avec 12 points d’avance.

Mais les Nuggets sont coriaces et doivent toujours sécuriser leur place dans le Top 8 à l’Est. Grâce à un grand Nikola Jokic en 36-13-6, les protégés de Mike Malone revenaient au score en début de dernière période. Mais ce mercredi correspondait à l’un de ces soirs où rien ne semble pouvoir arriver au King. Toujours juste, jamais paniqué, LBJ continuait de faire jouer ses coéquipiers avec des caviars dont lui seul a le secret pour profiter des espaces créés par les prises à deux. Mais double-team ou pas, le numéro 23 est au-dessus et décidait de reprendre les choses à son compte avec deux points d’écart dans les 120 dernières secondes du match. Drive, jumpshot, fadeaway, LeBron a marqué les neuf derniers points de son équipe en donnant l’impression qu’il ne pouvait tout simplement rien rater, à l’image de ce dernier tir complètement déséquilibré sur le pauvre Wilson Chandler qui avait pourtant réalisé l’action défensive parfaite. Quand il est comme ça, on ne peut tout simplement pas l’arrêter. C’était encore le cas hier et les Cavaliers en profitent pour bien entamer un road-trip déterminant à l’Ouest. Prochaine étape, Los Angeles, avant d’aller à Phoenix et Portland.

39 points, 10 assists, 8 rebonds à 15/25 au tir et 5/8 du parking, LeBron a décidé de montrer l’exemple une fois de plus, laissant à Nikola Jokic le soin de mesurer l’écart qui le sépare encore d’un des tous meilleurs joueurs de l’histoire. Ce n’est pas le Serbe qui nous contredira, lui qui expliquera en conférence de presse que son bourreau du soir a montré « pourquoi il était le meilleur joueur de la NBA actuellement ». Tout simplement.

BoxCavaliers BoxNuggets

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top