Pelicans

Fracture du péroné pour Tony Allen : 3 à 4 semaines sans défense pour les Pelicans ?

tony allen

L’indisponibilité du Grind Father va faire mal.

Source image : YouTube

Les Pelicans restent fidèles à leur réputation de joueurs maudits fragiles cette saison. Nouvel arrivant à New Orleans, Tony Allen s’est également prêté au jeu. Il passera le reste du mois de décembre au chaud pour se remettre d’une fracture du péroné.

Ils ne sont déjà plus que quatre éléments du roster de New Orleans à avoir pris part à l’intégralité des 28 matchs disputés par les Pelicans cette saison. Jrue Holiday, DeMarcus Cousins, E’Twaun Moore et Darius Miller sont les derniers résistants même si les chances que Boogie tienne une année entière sans se faire suspendre une seule fois sont proches du pourcentage d’adresse à 3-points en carrière de Joakim Noah. Dernier arrivé en Louisiane, Tony Allen a déjà bien assimilé les codes et la tradition locale en manquant six rencontres depuis le début de la régulière sous ses nouvelles couleurs. Ce n’est visiblement que le début alors que la franchise vient d’annoncer une fracture non-déplacée du péroné gauche de son arrière qui lui vaudra entre trois et quatre semaines de mise au repos forcé. Il rejoindra Solomon Hill, Alexis Ajinça et Frank Jackson dans la salle des grands blessés alors que Dante Cunningham, Jameer Nelson et surtout Anthony Davis sont également incertains pour la rencontre de ce soir face aux Bucks. Une incertitude pesante pour Alvin Gentry qui a pris l’habitude de bricoler depuis sa prise de fonction il y a deux ans et demi.

A bientôt 36 ans, Tony Allen n’est plus le joueur qu’il a été à Boston ou à Memphis. Il tourne à 4,7 points et 2,1 rebonds, ses plus petites moyennes en carrière. Mais cela s’explique en partie par son faible temps de jeu limité à 12 minutes dans le backcourt des Pelicans. Pour autant, sa présence se ressent énormément, notamment en défense où New Orleans encaisse 5,6 points de moins toutes les 100 possessions lorsqu’il est sur le parquet. On ne donne donc pas cher de la peau de leurs filets en son absence, eux qui sont déjà la deuxième pire défense de toute la Ligue avec 111,6 pions concédés par match en moyenne. Durant la convalescence du Grind Father, ce sont surtout Jrue Holiday et E’Twaun Moore qui devraient en profiter pour gagner du temps de jeu. Une bonne nouvelle d’un point de vue offensif lorsque l’on voit ce que la doublette d’arrières a donné lors du dernier test en date sans Tony Allen avec 73 points cumulé par le duo à 31/41 au tir dont un 10/15 du parking. Ian Clark devrait aussi voir ses minutes augmenter pour tenter de soulager les deux snipers tout en garantissant un minimum de D pour son équipe.

Cela se confirme avec cette blessure, l’intendant des Pelicans n’a toujours pas mis la main sur le chat noir qui se promène dans le vestiaire du Smoothie King Center depuis toutes ces années. Ça commence à faire beaucoup mais on a presque l’impression que la franchise s’est résignée. Blessures ou pas, New Orleans est pour l’instant sixième à l’Ouest avec un bilan équilibré de 14 victoires pour autant de défaites. Il faudra compter sur eux dans la course aux Playoffs cette saison.

Source texte : NBC Sports

Les visiteurs ont tapé :

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top