Cavaliers

Chauncey Billups savait pour Kyrie Irving : tu m’étonnes que le mec se soit vite tiré…

Alors que les théories fusaient concernant le refus de Chauncey Billups d’occuper le poste de GM des Cavs pour lequel il était pressenti, Mr. Big Shot a balancé ce qui est probablement la vraie raison de son désistement : il savait que Kyrie avait des envies d’ailleurs. Tout s’explique… 

Samedi dernier, la planète NBA se réveillait avec la bombe du mois de juillet : le numéro 2 des Cavs, dans tous les sens du terme, souhaite quitter l’Ohio. Mais pendant que le grand public ignorait tout des rumeurs de transfert, plusieurs oreilles attentives avaient déjà flairé l’info. Interviewé ce mardi, le MVP des finales 2004 ne s’est en effet pas déclaré surpris par l’annonce d’Irving.

« La demande d’Irving ne m’a pas surpris. Pendant que les Cavs se renseignaient sur moi, j’ai fait mon enquête de mon côté. Je savais beaucoup de choses que le reste du monde ignorait. Mais c’est dommage parce que c’est un joueur spécial qui en réalité a bénéficié de la présence de LeBron James pour ce qu’il a pu accomplir sur et en dehors des terrains. Ça m’inquiéterait un peu si j’étais une équipe qui voulait le recruter. (…) Reconstruire est une bonne chose (…) mais je ne pense pas que les Cavs aient les armes pour le faire. »

Même si Billups n’attribue pas clairement son choix de se rétracter à la décision de Kyrie, le mécontentement du meneur a sans aucun doute pesé dans la balance quand on sait le temps qu’il passe sur le terrain et son impact sur le jeu. Car outre la perte d’un talent que l’on connait, les envies de transfert de l’Uncle Drew sont symptomatiques de l’état inquiétant du projet à long terme de la franchise de l’Ohio que Billups a su cerner. S’additionnant à un timide marché que la signature de Derrick Rose ne parviendra pas à faire oublier  – sans offense à Calderon ou à Jeff Green – la free agency du King en 2018 ainsi qu’une marge de manœuvre financière proche de 0, difficile maintenant pour les derniers finalistes de séduire des agents libres et les faire rêver d’une main toute baguée. Débouler chez les Cavs en ce moment, c’est un peu comme si on te proposait une raclette en te prévenant qu’il n’y aura plus de fromage ni de charcuterie dans 3 minutes : peu le temps d’en profiter… Au front office maintenant de prouver que la franchise, actuellement meilleure équipe à l’Est – et Dieu sait que le challenge est dur…- sera toujours séduisante à l’avenir sans paraître utopiste. Et pour ça, on a envie de dire bon courage.

On comprend donc mieux la décision de Chauncey Billups, récalcitrant à l’idée de perdre l’un des meilleurs climatiseurs de la ligue (les fans d’Oakland ne diront pas le contraire). La franchise de l’Ohio doit donc travailler sur son attractivité future. Pensée tout de même compatissante à Koby Altman, nouveau GM des Cavs: allez mec, ça va aller… 

Source : USAtoday

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top