Cavaliers

Richard Jefferson fait chauffer le Game 5 : « La pression est sur les Warriors, elle n’est pas sur nous »

Richard Jefferson
Source image : YouTube

Quelques heures avant ce Game 5 des Finales NBA qui auront lieu à l’Oracle Arena d’Oakland, mais qui a du mal à dormir cette nuit ? Certainement pas Richard Jefferson, le vétéran ayant l’esprit tranquille à l’aube de ce match décisif.

La pression, ça se boit. Voilà comment résumer l’état d’esprit de l’ailier, qui s’est exprimé avec confiance aux médias concernant le match à venir. Il faut dire que l’ailier a raison sur plusieurs points, particulièrement compréhensibles quand on se réfère à l’histoire des Playoffs. Si remporter des Finales NBA est une tâche compliquée, ce n’est pas pour rien : les anciens affirment toujours que terminer le boulot est ce qu’il y a de plus dur. Et il y a de quoi les croire ! Car lorsqu’on joue une équipe dos au mur, c’est comme si un regain d’énergie se transmettait dans les veines de chaque joueur. On sent que les vacances pointent leur nez, donc on donne tout dans la bataille et on ne laisse plus aucune place pour les imperfections. C’est ce qui sépare notamment les grandes des immenses équipes, celles qui savent sérieusement placer le couvercle sur une série plutôt que de laisser le doute s’installer et un comeback légendaire prendre place. On l’a vu l’an dernier, dans une situation toujours aussi controversée lorsqu’on revoit la suspension de Draymond Green puis les blessures chez les Warriors, Cleveland a parfaitement saisi son opportunité et a fait chavirer le paquebot de Golden State en renversant un 3-1 historique. Du coup, après avoir été mené 3-0 dans cette série, Richard Jefferson tient à rappeler le bon vieil adage que l’on vient d’expliquer. S’il y a bien une équipe qui doit prouver quoi que ce soit, c’est celle qui jouera à domicile ce soir.

Bien sûr que la pression est sur eux. La pression n’est pas sur nous. Où est-elle, la pression pour nous ? Ce sont eux qui ont une équipe ayant remporté 73 matchs de saison régulière, à laquelle ils ont ajouté un ancien MVP. Nous, on a ajouté Kyle Korver et Deron Williams. Ils ont ajouté un MVP à une équipe de 73 victoires, qui menait 3-1. Et Durant aussi menait 3-1. Toute la pression est sur eux. On croit au fait que nous sommes les champions en titre, on croit au fait que nous avons assez d’armes dans notre équipe pour l’emporter, on croit aussi qu’on n’a pas bien joué jusqu’ici. Mais il n’y a pas de pression sur nous, il n’y en a pas eu. Cela n’a jamais été à propos de ça, cela a surtout été eux qui doivent prouver que l’an passé était un coup de malchance, et KD qui doit valider en quelque sorte son changement d’équipe, ce qui est déjà le cas. On est très confiants.

Beaucoup de monde pense qu’on n’avait pas envie de prendre l’avion pour retourner à Oakland, mais je peux vous garantir ceci : ils n’ont pas envie de prendre l’avion pour retourner à Cleveland. Parce qu’on prendra certainement une nouvelle fois l’avion afin de retourner là-bas.

Amen, Monsieur Jefferson ! En voilà des belles paroles, même si on tient tout de même à rappeler quelque chose, au cas où… Les Cavs perdront le titre et seront obligés de devoir quitter l’Oracle Arena sous une odeur de champagne, en cas de défaite ce lundi. Ce n’est donc pas totalement du côté des Warriors que la pression se trouve, même si on voit très bien l’effet désiré par ses propos. Il y en a tout de même dans les rangs de Tyronn Lue, quand on sait que Draymond Green et ses potes vont se ramener avec les deux pieds sur la pédale d’accélération. Simplement, c’est au niveau mental qu’il sera intéressant de voir comment les deux équipes joueront, elles qui ont donné un drôle d’aperçu sur ce bordélique Game 4. Pendant que Golden State se préoccupait du magnifique arbitrage de cette rencontre, les Cavs tiraient en fermant les yeux, conscients que tout devait être envoyé en air maintenant que la défaite leur tendait la main. Et comme par hasard ? Ce sont les champions en titre qui ont déroulé leur jeu, pendant que la défense des Warriors prenait l’eau. Il faudra surveiller l’attitude des deux groupes et voir qui a davantage les mains qui tremblent, mais il est clair que chez LeBron et compagnie on ira pépère à l’entre-deux. Si tu perds c’est « normal », si tu gagnes bonjour l’ambiance de retour dans l’Ohio…

Ce n’est jamais facile de terminer une série, alors terminer une saison ? Et un champion en titre ? Bourré d’expérience ? Avec le meilleur joueur au monde dans ses rangs ? Balade ou pas jusqu’ici, les Warriors vont devoir l’emporter de façon convaincante, sous peine de revivre quelques débuts de cauchemars…

Source : Cleveland.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top