Lifestyle

James Harden était en visite à Paris ce weekend : le passage d’une barbe taillée pour la capitale

James Harden

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire la bise à un grand joueur, surtout quand celle-ci est piquante : récit d’un passage en speed, entre cuisine et pompes.

Ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire la bise à un All-Star sur Paname, surtout quand celle-ci est immédiatement piquante. Ce samedi, le cuisinier non-français le plus connu du circuit NBA est venu admirer la ville lumière, et on était comme par hasard dans le coin : lights, cameras, rasons.

L’été, c’est chouette. L’été à Paris, c’est encore plus chouette. Surtout pour les copains des autres pays qui veulent sauter faire une visite de quelques jours, ce qui était le cas de James la semaine passée. Bien évidemment, l’objectif n’était pas touristique mais avant tout business, avec comme projet phare le lancement du fameux ‘Project Harden’ signé par la marque aux trois bandes, et qui offrira aux fans français la possibilité de vivre autour de l’automne une expérience virtuelle assez novatrice, permettant de se transporter sur un playground à 360°ou de se croire dans le studio de design adidas aux côtés d’Harden. Mais avant d’enfiler un casque et de s’imaginer pote avec la barbe, il fallait bien lui serrer la poigne ou provoquer une faute offensive, et on a eu la possibilité de le croiser lors d’une conférence de presse organisée à l’Institut du Monde Arabe ce samedi. De nombreux curieux s’étaient d’ailleurs ramenés en bas de l’immense tour, dans l’espoir de croiser sa majesté de l’eurostep, en vain. Mais telle la Belle au Bois Dormant enfermée au dernier étage, James était surtout là pour jouer le jeu à fond, ce qu’il a fait en claquant un petit HORSE après avoir répondu aux questions de tout le monde. Pas une, pas deux, mais trois voir quatre interrogations, le tout avec le sourire, bon type le Harden et pas trop sur la défensive, à notre plus grande surprise.

_V4A0654

Source : Adidas

_V4A0509

Source : Adidas

L’an passé, c’est Damian Lillard qui était venu arpenter les rues de Paris, une autre belle découverte en rencontrant un jeune homme humble, souriant, curieux de connaître les gens avec qui il parlait, loin des stéréotypes qu’on pouvait balancer notamment autour son juteux contrat par exemple. La même avec El Barbudo ? La même avec El Barbudo. Interrogé sur le foot et sa récente visite de United où Paul Pogba l’attendait, l’arrière a carrément défié l’audience de le prendre sur console, histoire de tester son game sur le canapé mis à disposition. Quand son programme d’été devait être déroulé, l’intéressé n’hésitait pas à affirmer que c’est dans l’approche mentale du jeu que le plus gros boulot avait été fait, afin de tenir solidement d’octobre à avril puis mai. Le départ de Dwight, pas de problèmes. Les progrès de Clint Capela, grand sourire. L’arrivée de D’Antoni, gros bonheur. La conquête du titre, on arrive. Mieux encore, après avoir géré le questionnaire de tout le monde et donc décidé de jouer à la balle avec ses boys, James faisait l’effort d’inclure les autres dans le délire, plutôt que de rester dans sa bulle. Une balle qui traîne, le réflexe de vouloir la lui rendre mais le geste du poignet est envoyé par le bonhomme, avec le sourire : shoot it, bro. Sympa le type, pas tous les jours qu’on a droit à une assist du numéro 13 entre deux questions. Bien évidemment, pas de scoop exclusif si ce n’est qu’il adore Paris et qu’il reviendra probablement pour s’inspirer de ce qui y est réalisé, mais un vrai bon moment offert par un client qui aurait pu tirer la gueule et attendre que ça se finisse avant d’enchaîner sur autre chose. Y’a rien à redire, la personnalité va avec son look.

La prochaine fois, évidemment, l’invitation à l’Apéro sera tendue, afin de tacler d’autres sujets. Car si les piques sur ses aptitudes à garder son adversaire étaient forcément éloignés de la conférence, le désir de vouloir en savoir plus sur l’homme était bien là, provoqué par une attitude générale aussi douce que sa barbe. James Harden à Paris, ce fût bref mais intense, un peu comme ceux qui tentent de le tenir en défense.

Source image : Adidas

Remerciements : Adidas – Sophie Kamoun Communication – @adidashoops – @ProjectHarden – #Takeonparis 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top