Jeux Olympiques

Victoire de la Lituanie face à l’Argentine 81-73 : voilà ce que ça donne quand les papys paument leur viagra

La Lituanie prend seule la tête du groupe en battant l’Argentine dans le match des invaincus. Le futur adversaire des Bleus pourrait donc être l’Albiceleste, qui joue pratiquement à domicile.

Ce match entre les deux équipes invaincues du groupe B avait des allures de finale de poule et n’a pas déçu. Les Lituaniens ont été tout simplement plus adroit que les Argentins et prennent ainsi une sérieuse option pour la première place du groupe malgré un Jonas Valanciunas encore en plein jetlag.

On commence à comprendre le délire : Rio se transforme en Buenos Aires quand l’Albiceleste joue au basket. Le match n’a même pas commencé que ça chante dans les tribunes et on est loin des ambiances creuses que l’on a parfois en NBA. Le premier quart-temps fait office de round d’observation  et on sent que ça pue le basket sur le parquet : les équipes proposent un vrai jeu collectif, avec en bonus des feintes de grand-père et des coups vicieux de part et d’autre. En revanche, les joueurs ont oublié leurs lentilles de contact et du coup ça gamelle pas mal niveau shoot. Les Lituaniens sont apparemment moins bigleux, ce qui leur permet de mener 16 à 15 à la fin du quart. Le match part en suite dans un style plus brouillon : les Argentins sont gênés par la défense balte et ne trouvent pas mieux que d’arroser depuis le parking. Plus en raison de la maladresse des joueurs que de véritables défenses de fer, les presque-locaux ne tournent qu’à 33% au shoot contre 38% pour leur adversaire et sont ainsi dominés à la mi-temps sur le score de 30 à 27.

Au retour des vestiaires les deux équipes repartent pied au plancher et le rythme monte d’un cran. El Manu provoque, pénètre, crée, bouscule la défense, et il ramène son équipe dans son sillage. Le coach Kazlauskas est forcé à prendre un temps mort en réaction à la petite mandale mangée par son équipe, qui vient de perdre le contrôle du match pour la première fois en étant menée de 2 points. Cette coupure permet au moins de réveiller ses joueurs et de refroidir un peu un public qui était en train de sérieusement s’emballer. Les Argentins perdent leur rythme offensif à peine retrouvé, et c’est Kuzminskas qui monte en pression avec 7 points d’affilée, dont deux contres-attaques conclues par un smash (coucou France TV), pour recreuser un écart de 10 points avant le quatrième quart-temps. Ginobili provoque ses 14 et 15ème lancers francs, seule source de point fiable pour une équipe toujours en galère avec 33% aux tirs. L’Albiceleste se reprend à l’approche du clutch time en resserrant sa défense d’un cran. Le futur rookie Domantas Sabonis se fait chiper un ballon par Luis Scola – oui, tout est possible – et balance deux airballs successifs sur des tirs pourtant près du panier. Les Argentins sont ainsi revenus à 3 points sur un lancer de Carlos Delfino. Les Baltes prennent le pari de casser le bon passage de leurs adversaires avec des fautes, mais le public pousse et « El Manu » s’énerve pour aller remettre les siens devant au score et forcer un temps-mort lituanien. Ça saute dans les tribunes et ça fait même tourner les serviettes (enfin, les maillots et autres écharpes quoi) : à croire que la fédé argentine a fait appel à Ronny Turiaf et Robert Sacre pour enseigner cet art ancestral à ses supporters. Les défenses sont bien plus sérieuses, et ce sont Kuzminskas et Ginobili qui prennent leurs responsabilités en attaque, pour une fin de match qui va consister en une succession de séries. Les Baltes repassent devant à 72-64 grâce à un Kalnietis qui se chauffe et une défense plus solide : mieux, le petit groupe de supporters en provenance d’Europe de l’Est se fait entendre dans le stade blanc et bleu. La danse continue avec un retour au score des Argentins grâce à des cafouillages lituaniens facilement évitables. Malheureusement pour eux, Seibutis abuse Luis « Le Plot » Scola pour aller planter un and one tandis que Manu se prend pour Dédé Jordan aux lancers. Après l’habituel jeu de fautes de fin de match, ce sont les coéquipiers de Kuzminskas qui l’emportent finalement 81 à 73. 

Les Lituaniens s’installent ainsi seuls en tête du groupe B mais sans non plus réaliser une vraie démonstration de force. Jonas Valanciunas a beau finir meilleur rebondeur de l’équipe, il ne semble toujours pas entré dans ces Jeux Olympiques, et c’est à se demander si le jeune Sabonis ne lui volerait pas sa place, rien que pour ses capacités défensives. Le collectif balte est néanmoins très fort, et se sont cette fois Mantas Kalnietis (17 points, 7 passes, 5 rebonds) et Mindaugas Kuzminskas (23 points à 9/14) qui ont assuré le boulot. Les Argentins avaient une belle carte à jouer mais ont été bien trop maladroits, finissant le match à 38% aux tirs. Scola a fait son boulot mais à tout de même été bien gêné par la défense, tandis que Ginobili était dans un bon jour, scorant 22 points et provoquant 17 lancers francs, en en vendangeant malheureusement près de la moitié.

Source : fiba.com

Source : fiba.com

Source : fiba.com

Source : fiba.com

Le classement a encore deux matchs pour évoluer, mais il est probable que le futur adversaire des Français en quart soit plutôt âgé et joue presque à domicile. Les Lituaniens quant à eux, continuent à gagner grâce à l’homogénéité de leur effectif, qui leur offre un grand panel d’options offensives. Si Valanciunas décide un jour de se réveiller et de s’approcher du niveau qu’était le sien au dernier Euro, ça pourrait faire très, très mal, car il est le seul à ne pas être au rendez-vous pour l’instant.

Source image : francetvsports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top