Los Angeles Clippers

Doc Rivers réclame un challenge flag comme ses homologues de NFL : pour le jeter à la face des arbitres ?

Désavantagé par les arbitres à la fin du match de mercredi dernier face aux Nuggets, Doc Rivers réclame un moyen pour les entraîneurs de faire vérifier les décisions des hommes en gris comme cela peu notamment déjà se faire en NFL.

Dans son rapport officiel, la NBA admet en effet une erreur de jugement de la part du corps arbitral sur l’action pointée du doigt par le père d’Austin concernant un passage en force de Jeff Green, qui aurait dû être comptabilisé comme un and-one avec la faute de Danilo Gallinari à 30 secondes de la fin. Un coup de sifflet qui, s’il avait été donné dans le bon sens, aurait peut-être permis aux Clippers de pointer avec une victoire de plus au classement ce matin. Et ça, ça énerve beaucoup le champion du lobbying.

« Cela fait des années que je réclame un challenge flag. Nous devrions en avoir. C’est la troisième fois cette saison que la NBA admet une erreur des arbitres nous concernant. Mais simplement le dire ne nous sert à rien. »

Le technicien de Los Angeles n’a pas tort, la Ligue peut proposer autant de tableaux PDF qu’elle le désire, le bilan des équipes injustement volées ne change pas, lui. Comme ses homologues de NFL, Doc Rivers se verrait donc bien jeter un petit drapeau rouge sur le parquet quand une décision handicapant son équipe lui semblerait erronée. Dans la Ligue de football, les entraîneurs ont droit à deux challenge flags utilisables avant les deux dernières minutes de chaque mi-temps. Si les arbitres ne changent pas leur décision, il en coûte un temps-mort à l’équipe qui contestait le coup de sifflet. Mais si les deux challenges s’avèrent efficaces, le coach reçoit un ultime drapeau à jeter en cas de doute. Bien sûr, celui qui aurait aussi pu devenir politicien après sa carrière de joueur ne veut pas se mettre tous les arbitres à dos et il a mis les formes au micro de Yahoo Sports pour éviter de se faire léser encore plus souvent qu’il ne l’est déjà.

« La Ligue a déjà réalisé un énorme travail pour gagner en transparence et c’est phénoménal. Mais le problème c’est que ça n’apporter rien aux équipes flouées. J’insiste sur le fait que les arbitres font de leur mieux pour prendre les bonnes décisions. Nous ne sommes pas du tout énervés contre eux. Nous voulons juste rétablir la vérité. »

Si Adam Silver semble ouvert à toute proposition concernant l’amélioration du petit bijou qu’il a entre les mains, reste à savoir comment mettre ce système en place s’il devait voir le jour. Depuis la saison 2014-15, les coachs de D-League peuvent demander un temps-mort et en profiter pour demander aux arbitres de revisionner la dernière action de jeu. Ils ne disposent que d’un challenge, renouvelable une fois si sa première utilisation était légitime, ainsi que d’une chance supplémentaire en cas de prolongation. Seules les fautes personnelles ou les fautes sur le tireur peuvent être soumises à ce système de vérification. Cependant, il faut avouer que l’idée de voir Doc Rivers balancer un chiffon sur Joey Crawford nous fait bien marrer et on ne rechignerait pas l’utilisation d’un tel artefact pour égayer nos fins de soirées dans le canapé.

Patience quand même, car même si le nouveau commissionnaire n’est pas hermétique aux changements, ces derniers sont toujours progressifs et mûrement réfléchis. Voilà un bon défi pour Doc Rivers de mesurer son influence dans la Ligue.

Source : Yahoo Sports

Source image : bballaddicts.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top