Grizzlies

Matt Barnes rejoint les Grizzlies : la police du Tennessee doit-elle tripler ses renforts ?

Sortez vos tessons de bouteilles et vos coups de poing américains, Memphis accueille un nouveau lascar dans sa bande : c’est Matt Barnes qui élèvera le niveau de grit & grind jusqu’au plafond, dès la rentrée prochaine !

En effet, le vétéran avait été jeté par les Clippers avec Spencer Hawes dans le cadre du transfert incluant Lance Stephenson, une nouvelle difficile à digérer pour Barnes qui avait tout donné sous les ordres de Doc Rivers et espérait continuer à jouer en mai dans la Conférence Ouest. Envoyé à Charlotte, l’ailier formé à UCLA souhaitait surtout trouver une nouvelle destination le plus rapidement possible, tant qu’elle possédait un sac de frappe et un peu de temps de jeu. Que pouvait-il espérer de plus que l’appel réalisé par les Grizzlies ? Escouade la plus physique de la Conférence Ouest avec certains soldats dont la philosophie n’a jamais bougé, on pense notamment à Zach Randolph et Tony Allen en premier, l’armée dirigée par Dave Joerger s’est jetée sur l’occasion et apportera encore plus d’expérience sur un banc qui demandait encore de l’aide. Après avoir rapidement récupéré Luke Ridnour cette semaine, le management local a envoyé son contrat non-garanti aux Hornets afin de récupérer le free-fighter.

Il faut dire qu’hormis Vince Carter, sujet à des blessures la saison passée, et Jeff Green, dont on ne parlera pas tellement son intégration a été mitigée depuis janvier, l’aile était assez calme dans le Tennessee et il fallait apporter un peu de dureté comme du scoring. Deux catégories que Barnes remplira avec le sourire, lui qui vendrait ses deux jambes pour couper la gorge d’un bon scoreur sur-médiatisé tout en faisant lever la foule. Tel Ty Lawson aux Suns ou Avery Bradley aux Pacers, l’image de Matt collait depuis longtemps avec celle de Memphis mais c’était à Los Angeles que sa dureté était appréciée. Quatre heureuses saisons à 9 points de suture de moyenne, ce fût finalement le clap de fin pour l’ailier et il offrira une probable dernière pige de qualité du côté des Grizzlies, à 35 ans. Autant vous dire que Tony Allen fait la Shmoney Dance en ce moment-même, lui qui trouvera un compagnon de chambre avec lequel partager sa passion pour les bagarres en sortie de boîte.

Ses statistiques devraient chuter mais son impact identitaire sera probablement énorme. Matt Barnes et Allen pour défendre sur l’aile l’an prochain : le business des assurances vie va doubler son chiffre d’affaire en septembre…

Source : Yahoo Sports

Source image : Gamekult

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top