Top Ten

Top 10 des plus gros posters de la saison : de temps en temps, un peu de violence ne fait pas de mal

Quoi de mieux qu’un Top 10 bien violent pour patienter un peu avant le grand cirque des Finales de Conférence. Et ça tombe bien, le Père-Noël est déphasé et nous a livré un beau cadeau aujourd’hui avec ce Top 10 des plus gros attentats à la fierté version 2014/15. On vous prévient c’est violent, alors asseyez-vous confortablement dans votre canap’ avant d’appuyer sur Play… Bon appétit.

Première agression en règle, celle d’un DeMarcus Cousins déboulant à toute blinde pour aller dégommer le pauvre Jae Crowder. Encore plus violent qu’un coup de coude de J.R. Smith… Place ensuite au Rookie Of the Year Andrew Wiggins, qui réussit l’exploit de démolir la muraille Rudy Gobert. Mais en bon franchouillards, on est obligés de se remémorer ce qu’il s’est passé quelques secondes plus tard, histoire quand même de rétablir la vérité, LA vraie…!

Esprit bleu/blanc/rouge encore et toujours puisque après avoir vu Pau Gasol se faire monter dessus par Nikola Vucevic jusqu’à finir le cul par terre, on proposerait bien au meilleur pote d’Evan de prendre la nationalité française pour venir nous refaire la même à l’Euro. On enchaîne ensuite avec Archie Goodwin qui zappe l’ascenseur et préfère passer par Jonas Valanciunas pour grimper au cercle. Avec une prise d’appuis quasiment en dehors de la raquette, voilà qui n’est tout de même pas vilain.

A la sixième place, on retrouve « l’émoji-hawk » Mike Scott qui nous fait une Mahinmi 2015 en allant escalader ce pauvre Bradley Beal en contre-attaque. Avant de retourner du côté de Minneapolis pour voir Andrew Wiggins réaliser le doublé du jour au nez et aux boutons d’Omer Asik. Et de poursuivre avec Aron Baynes qui, bien avant le back-to-back de Blake Griffin en Playoffs, avait déjà connu pareille galère face à la main gauche de James Harden. Une belle tête de victime quand même ce bon vieux Aron…

Place au podium avec un nouveau français à l’honneur, enfin si on veut. Car c’est bien Jeff Green qui vient écraser un terrible coup de marteau dans la tête du pauvre Kevin Seraphin. Et quand on sait son amour pour les tâches défensives, on se dit que c’est vraiment pas de bol pour Kevin…

Attention les yeux à la deuxième place avec probablement l’acte le plus sanguinolent de la saison. Dans le rôle de l’assassin Derrick Williams, dans celui de la victime Bismack Biyombo. 2500 sur l’échelle du vol de fierté et un Bismack qui ne trouve plus le sommeil depuis.

On termine en beauté avec le n°1, un dunk envoyé dès la première nuit de la saison par un James Ennis qui aura ainsi ruiné la réputation de Rasual Butler en une fraction de seconde. La route la plus rapide vers le cercle reste la ligne droite, et puis pourquoi s’emmerder pour aller marquer quand on peut passer par-dessus un mec ?

Vidéo à ranger obligatoirement dans vos favoris, prête à ressortir en cas de fatigue. Effet garanti.

source image et vidéo : YouTube

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top