Kings

Syndrôme PSG : les Kings sont toujours chauds sur Josh Smith

Alors que l’optimisme semblait de retour du coté Detroit l’été dernier, avec l’arrivée de Stan Van Gundy, la réalité est très vite venue frapper à la porte des Pistons. L’équipe est toujours aussi catastrophique, à un tel point que ce bon « SVG » s’est transformé en chef de chantier, en décidant de mettre sur le marché des transferts ses joueurs ayant le plus de « valeur ».

Josh Smith fait partie de ceux-là. Alors que Van Gundy s’était promis de rectifier son jeu et d’en faire une pièce maitresse de sa formation, il a bien compris que le bourricot n’allait pas devenir un cheval de course et a choisi de jeter l’éponge. Reste maintenant à trouver un pigeon qui veuille bien récupérer l’artilleur en chef des Pistons, qui doit quand même encore toucher plus de 40M$ sur les trois prochaines années avant d’être libre.

Ce pigeon est tout trouvé, il nous vient d’Inde, a beaucoup d’argent et veut bien le dépenser. C’est Vivek Ranadivé, récent acquéreur des Kings, qui a déjà montré qu’il n’avait pas peur du ridicule, en allant chercher Rudy Gay à Toronto la saison dernière, puis en virant il y a peu son coach, Mike Malone, qui a pourtant mené la franchise à son meilleur début de saison depuis presque 10 ans, pour laisser place à une fine fleur du coaching, en la personne de Tyrone Corbin.

Josh Smith, Rudy Gay, Sacramento Kings

Rudy et Josh vont peut-être enfin pouvoir réaliser leur rêve. Arroser jusqu’à la mort sous le même maillot, comme de vrais frères d’armes. Source : Getty Images

Sacramento était déjà intéressé par Josh Smith l’été dernier, mais Detroit avait dit non. Maintenant que Josh est officiellement transférable, ça pourrait être une affaire plus facile à ficeler. D’autant qu’il s’est fait une très belle pub lors du match entre Sacramento et Detroit, samedi dernier, en postant 21 points, 13 rebonds, 5 passes décisives et 5 contres, dans la victoire de son équipe sous les yeux du milliardaire indien, boss des Kings.

Il n’en fallait pas plus pour taper dans l’oeil du grand manitou Vivek, qui aimerait faire (tel le PSG de la grande époque avec Sergueï Semak ou Fabrice Fiorèse) de son bourreau d’un soir, son futur joueur. On pourrait alors tous devenir témoins des bienfaits de l’association de trois des plus gros lanceurs de briques de la ligue, en la personne de DeMarcus Cousins (qui si on le cherche un peu trop comme sont en train de la faire les Kings, peut vous envoyer un festival de saucissons), Rudy Gay, et Josh Smith. Le tout sur plusieurs années puisque tous les trois ont un contrat un long terme, vu que Rudy Gay, en fin de bail l’été prochain, a déjà signé une extension pour les trois saisons à venir.

Détroit ne devrait pas être trop dur à convaincre et Sacramento pourrait s’en sortir en ne donnant en échange que des contrats expirants, comme ceux de Jason Thompson ou de Derrick Williams. Le move a donc toutes les chances de se faire, d’autant que la concurrence ne devrait pas être très forte sur ce dossier. Vivek Ranadivé a certainement un nez que les autres décideurs n’ont pas dans la ligue, si il voit le trio Cousins-Smith-Gay comme l’association qui va remettre Sacramento sur le devant de la scène. Les Kings sont entre de bonnes mains.

Source : slamonline.com

Image : USA Today

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top