One-on-One

Et si le meilleur meneur NBA était…LeBron James ?

Dans la NBA actuelle, le poste de meneur de jeu est sûrement celui qui est le plus fourni en talents, mais aussi le plus diversifié en profils. De ce fait, le débat sur le meilleur point guard de la ligue a pris l’habitude de faire rage, et les discussions se multiplient. Pour certains, Chris Paul est au-dessus du lot, pour d’autres, Stephen Curry ou Russell Westbrook représentent la crème de la crème. Mais un nouveau candidat pourrait mettre tout le monde d’accord. Son nom ? LeBron James.

Quoi ? LeBron James ? On parle bien du même joueur là ? Le mec qui joue ailier, au côté un peu bourrin, et qui possède un physique de malade mental ? Ce serait donc lui le nouveau meilleur meneur de la ligue, devant les Chris Paul, T.P. et autres Steph’ Curry ? En effet, cela parait un peu grotesque au premier abord, mais la question mérite sérieusement d’être analysée.

Sans titre2Après un début de saison pour le moins décevant avec seulement cinq victoires en douze matchs, Cleveland a trouvé son rythme de croisière. Actuellement sur une série de huit victoires consécutives, les Cavaliers impressionnent de plus en plus, que ce soit en défense ou offensivement. Et l’une des grosses différences que l’on a pue remarquer par rapport aux premiers matchs, c’est que LeBron James a pris le contrôle de l’attaque. Kyrie Irving n’est officieusement plus le meneur de jeu de Cleveland, cette place est désormais attribuée au « King ». Si vous avez pu jeter un œil aux derniers matchs des Cavs, vous avez sans doute remarqué qu’une très grande partie du jeu offensif se base désormais sur LeBron, alors que Kyrie a été forcé eu la bonne idée de prendre un peu de recul pour se concentrer essentiellement sur le scoring, mais aussi la défense, où il s’est nettement amélioré cette saison. Le match du 4 décembre dernier contre les Knicks (19 points, 12 assists pour James, et 37 points, 2 assists pour Irving) est d’ailleurs le parfait exemple de cette nouvelle dynamique entre les deux stars, qui a permis à leur équipe de trouver la voie du succès. Sur le papier, Irving est évidemment le meneur de jeu de l’équipe, tandis que James correspond au poste 3. Mais dans la réalité, LeBron a toujours été un meilleur passeur et gestionnaire que son coéquipier. Tout au long de sa carrière, le « King » a montré à plusieurs reprises à quel point il pouvait contrôler un match sans forcément marquer énormément de points. D’ailleurs, lorsqu’on parle de LeBron, il est rarement perçu comme un scoreur (alors qu’il possède la troisième meilleure moyenne de points en carrière de l’histoire avec 27,4), mais plus comme un Magic Johnson, voire un Scottie Pippen des temps modernes. Sa vision de jeu est exceptionnelle, et son altruisme a toujours été l’une de ses principales qualités. A partir de là, James s’est imposé assez rapidement et naturellement comme le meneur attitré de son équipe.

James a toujours été un joueur capable de bien lire le jeu. Donc, avec une nouvelle attaque et des nouveaux joueurs, c’était nécessaire pour lui d’exercer plus de leadership, et de nous guider en attaque et en défense. Je pense que c’est pour cela que vous voyez son nombre de passes décisives augmenter. Cependant, vous devez tout de même trouver le bon équilibre entre distribuer et scorer, car nous avons besoin qu’il soit agressif pour gagner.

James Jones, coéquipier de LeBron James à Cleveland.

141114-clebos-3Cet équilibre tant recherché, LeBron l’a parfaitement trouvé. Et c’est ce qui fait sa force aujourd’hui. En vingt matchs cette saison, James tourne à des moyennes de 24,8 points et 7,7 assists par rencontre. Et sur les huit dernières victoires de Cleveland, le « King » a atteint la barre des dix assists à quatre reprises, tout en scorant un peu moins qu’à son habitude (avant le match de Toronto la nuit dernière, il tournait à 23,4 points et 9,7 assists de moyenne sur cette période). Si ce ne sont que des statistiques, elles reflètent parfaitement la métamorphose de James sur ce début de saison. Alors oui, ce n’est pas la première fois qu’on le voit jouer meneur, mais là il a clairement accepté son nouveau rôle, presque à temps plein. Aujourd’hui, LeBron peut donc tout à fait faire partie de la discussion des meilleurs meneurs NBA, en tout cas pour l’instant. Et il possède de sérieux arguments à faire valoir. S’il n’est pas le plus rapide (hello Russ’, hello « Jean Mur »), ni le plus adroit (hello Steph’, hello « Dame »), il est sans doute celui qui possède la meilleure vision de jeu, et la meilleure qualité de passe. Seul Chris Paul voire Rajon Rondo peuvent rivaliser avec lui sur ce point. Sa gestion du pick & roll est également remarquable, car il sait faire (ou non) la bonne passe au bon moment. Et au niveau du scoring, LeBron reste LeBron, cet athlète inarrêtable quand il attaque la raquette, capable également de prendre feu de l’extérieur. L’aspect défensif est quant à lui difficile à analyser, car LeBron n’est jamais directement opposé au meneur d’en face, que ce soit en attaque ou en défense. Cependant, on a vu qu’il était capable de contenir un Derrick Rose ou un Tony Parker lorsqu’il était encore à Miami.

A partir de ces constats et des qualités mises en avant, difficile d’ignorer LeBron James dans le débat des meilleurs point guards de la NBA. Si effectivement il reste un phénomène un peu à part dans la ligue dans le sens où il est parfois difficile de lui attribuer un poste fixe, le « King » remplit clairement l’ensemble des critères nécessaires d’un très bon meneur. Son influence sur le jeu, sa capacité à impliquer ses coéquipiers et son énorme talent de passeur font de lui l’un des joueurs les plus complets au poste 1 aujourd’hui. Et peut-être même le meilleur…

Source couverture : cleveland.com

Source image : dimemag.com / nba.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top