Jazz

32 points, 7 rebonds et 9 assists hier : Trey Burke a fini ses cartons avant les vacances

Ok ce n’est qu’un dernier match de saison régulière sans réel (aucun) enjeu pour le Jazz hier face aux Wolves. Ok les contenus de ces dernières rencontres sont souvent plutôt décousus. Il n’empêche que pour clôturer sa saison rookie, Trey Burke vient d’envoyer un message clair. Attendez-le au tournant la saison prochaine, le gamin est devenu un homme….

Était-ce pour mettre un point d’honneur à une première saison chez les pros partiellement gâchée par des pépins physiques? Était-ce pour s’offusquer de ne pas avoir été mentionné hier dans ces lignes comme un candidat crédible au titre de Rookie Of The Year? Aucune idée. Toujours est-il qu’à la veille de prendre congé des soirées NBA, Trey Burke a régalé une dernière fois cette saison les fans du Jazz en participant très activement à la victoire des siens face aux Wolves (136-130 ap. 2 OT).

32 points donc, assortis de 7 rebonds et 9 caviars pour une dernière danse cette saison. Une très grosse perf pour un joueur ayant laissé entrevoir de belles choses cette saison, mais encore trop maladroit et pas assez mature pour guider de façon parfaite le jeu de la franchise de Salt Lake City cette année (12.8 points, 5.7 assists mais 38% aux tirs). Un bilan à relativiser compte tenu d’une blessure qui lui aura fait raté quasiment 1 mois de compétition en tout début de saison, là où l’on s’accordait tous à dire que l’ex-star de Michigan était un favori logique pour le trophée de ROY.

Dans une franchise de Utah en pleine reconstruction depuis les départs à l’intérieur de Paul Millsap et Al Jefferson, Trey Burke n’a pour l’instant rien à craindre et suit tranquillement le processus de n’importe quel jeune amené à porter une franchise. A lui maintenant de passer son été le plus loin possible des plages, à lui de bosser son shoot comme un certain Tony P l’a fait quelques années auparavant avec Chip Engelland… En attendant, on vous offre les highlights de ce merveilleux match, même si on doute que cela vous tiendra en haleine jusqu’à samedi…

Voilà, si on ne pouvait pas passer à côté de cette belle performance du rookie du Jazz, place maintenant au vrai basket. On veut bien faire un peu de social et mettre de jeunes adolescents en lumière mais nous ce qu’on veut, c’est du sang et de la sueur. Ça tombe bien, les choses sérieuses commencent dans un peu plus de 72 heures. Miam…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top