One-on-One

Kent Bazemore, une bonne surprise dans le marasme Angelinos

Dire que la saison des Lakers est naze, ce n’est pas nouveau. Avec 21 victoires  pour 42 défaites, avec des branlées monumentales (notamment contre les Clippers, par exemple) et une défense aussi ouverte qu’une actrice porno, c’est bien peu de dire que l’édition 2013-2014 est à oublier pour la franchise traditionnelle de Los Angeles. En attendant le retour du héros Kobe Bryant, il faut avouer que néanmoins, un joueur tire son épingle du jeu et profite du chaos Angelinos pour s’exprimer : Kent Bazemore.

Arrivé dans le cadre d’un mouvement qui a envoyé le bon Steve Blake aux Warriors, Kent Bazemore (24 ans) était franchement connu l’année dernière pour ses célébrations exubérantes sur le banc de Golden State. Très peu utilisé, Bazemore était néanmoins un élément important dans la cohésion d’équipe des Warriors. Chez les Lakers, tout change : pas (ou très peu) de cohésion d’équipe, pas de célébrations exubérantes (car Robert Sacre s’en charge et surtout parce qu’il n’y a pas grand chose à célébrer) – et donc, pas de saison passée à faire banquette.

En effet, depuis son arrivée à L.A., Bazemore a été titulaire à 8 reprises sur les 9 matches où il a joué, pour 15 points et 3 passes de moyenne en 30 minutes. Ce qui en fait donc le troisième scoreur des Lakers, juste derrière Nick ‘Swaggy P’ Young.  Une situation nouvelle (mais heureuse aussi) pour le jeune arrière qui était inclut dans un trade à finalité d’abord économique et pas sportive (se débarrasser du contrat de Blake pour récupérer deux petits contrats, le sien et celui de Marshon Brooks ).

C’est vraiment fun de jouer dans le plus gros marché après New York. Les gens ici n’aiment pas trop Golden State, donc j’étais un peu nerveux. Mais finalement il m’ont accueilli à bras ouverts. On peut entendre un peu d’applaudissements du public quand on dit mon nom.

Pourquoi une telle métamorphose ? Le soleil, les palmiers, Long Beach ? Non (enfin peut-être, mais on imagine que Golden State c’est pas mal non plus) : tout simplement, le gamin a du talent. Gaucher (toujours assez rares, nos amis gauchers) avec de très grosses qualités athlétiques, Kent Bazemore est un excellent défenseur. Doté d’une envergure très ample, le natif de Old Dominion est le meilleur de son équipe à l’interception (1,33 par match) et des extérieurs de son équipe au contre (0,44).

Mais ce n’est pas tout. Bazemore a aussi montré l’étendue (certes pas incroyable non plus) de ses qualités offensives, après avoir établi deux fois son record en carrière (23 points). Voilà ce que ça donne contre les Pelicans :

Le système d’Antoni permet aux joueurs qui aiment courir et scorer vite de s’exprimer. Kent Bazemore est un de ceux-là. En plus d’avoir une mentalité de chien de garde en défense, le gamin aime se donner à fond en attaque – quitte à paraître un tantinet chaotique.

La question qui se pose alors est la suivante : les Lakers doivent-ils investir dans un joueur qui ne devait pas, a priori, être autre chose qu’un objet économique ? Doivent-ils encourager son développement, en vue des prochaines saisons ? A L.A., on a le pire bilan de la Conférence Ouest, on va avoir beaucoup d’argent à dépenser à la Free Agency et pas mal de coups à jouer à la draft. Bazemore est enthousiaste ; il colle bien avec le système D’Antoni  : peut-être faudrait-il le garder sous le coude, non ?

Source interview : Bleacher Report

Crédit image : Andrew D. Bernstein – Getty Images

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top