L'avis du Psy

L’Avis du Psy – Episode 14: Bilan de mi-saison, les héros ont tenus leur rang

Devant la recrudescence des craquages et autres coups de speed des quelques énergumènes qui fleurissent notre belle NBA, cette dernière a décidé cette saison d’engager un psychologue spécialisé dans les cas désespérés. Tout au long de la saison, cette sommité du milieu psychiatrique vous proposera chaque semaine l’état des lieux cérébral de nos plus grands foufous. Cette semaine, on revient sur les 9 candidats à l’internement en début de saison. Et on se rend compte que pour la plupart d’entre eux, le psy avait vu juste en ordonnant une surveillance particulière à leur égard…

Pour revoir l’intronisation des patients  en début de saison, cliquez ici!

[table color= »red »]

Place Joueur Commentaire

1
(-)

JR Smith
Andersen
Le grand gagnant de cette première partie de saison! Des air-balls en pagaille, des brouettes de ballons perdus et des choix délicieusement crétins qui collent finalement bien à la tendance maso qui règne au Madison cette année. Voilà pour le parquet. Coté jardin, on a eu droit cette année à un clash de twittos pour défendre le ptit frère, une histoire de lacets et une vieille histoire de piave qui ressort des cartons à l’époque Nuggets. Incontestablement au dessus du game parmi les cassoc’ de la Ligue cette saison. SURTOUT NE T’ARRÊTE PAS GEGE TU ES L’ESSENCE MÊME DU RÔLE DE CETTE CLINIQUE…

2
(-)

Andrew Bynum
Beasley
Si beaucoup envisageaient un retour au plus haut niveau cette saison pour le colosse, notre psy n’y a jamais cru. Il savait que ce benêt craquerait de nouveau et dépasserait les limites. C’est peu de dire qu’Andrew Bynum lui a donné raison… A créditer d’un début de saison poussif mais honnête, la rumeur enflait déjà quant à un possible comportement plus que limite au sein du vestiaire. Mais avant les fêtes Drew a placé la barre très très haute en allant, tout simplement, pécho la femme de son assistant Coach, histoire de donner une bonne raison aux Cavs de le dégager… FÉLICITATIONS DREW TU REMPORTES LE GROS LOT ET AURAS TOUT LE LOISIR D’ALLER TAPER DES STRIKES AVEC TA NOUVELLE MEUF…

3
(-)

DeMarcus Cousins
Bynum
Bilan mitigé pour DMC. Si les visites hebdomadaires à la clinique lui ont permis de relativiser l’arrivée de Rudy Gay à Sacto, avec qui il semble même en osmose sur le parquet, il a quand même réussi à faire parler de lui en faisant cette saison de Chris Paul sa victime préférée. Après avoir empêché son meneur de le checker lors de leur première confrontation, il a ensuite tout simplement déversé sa bile sur CP3 dans les journaux Californiens. Certains appellent ça du trashtalking, d’autres de la connerie, d’autant plus que le bilan des Kings ne lui permet pas pour le moment d’ouvrir le bec. Quoiqu’il en soit, cet excès de grande gueule devrait lui couter une sélection au All Star Game… BIEN FAIT.

4
(-)

Metta World Peace
Cousins
Si sur le terrain, Metta Paix Mondiale ne fait absolument plus parler de lui, la faute à des blessures à répétitions, c’est en coulisses qu’il faut une fois de plus trouver ses faits de gloire cette saison. A la clinique, on a beaucoup aimé le voir se rendre au Garden en métro (!) mais ses plus belles performances sont clairement à retrouver sur les réseaux sociaux, notamment Twitter ou Ron-Ron nous parle régulièrement anatomie, météo, littérature, extraterrestres et gastronomie. Un régal pour les yeux et les oreilles celui-là… Après concertation en réunion d’équipe, le psy a décidé d’arrêter son traitement pour profiter un maximum des ses envolées lyriques. LA DROGUE EST DANGEREUSE POUR LA SANTE, A CONSOMMER AVEC MODÉRATION.

5
(-)

Dwight Howard
Howard
D-12 ou la preuve qu’un traitement…peut n’avoir aucun effet. Toujours aussi pitoyable sur la ligne, les Rockets seraient déjà champions s’il était une réelle menace offensive. Parfois incapable de poster le plus ringard des défenseurs, il s’en sort une fois de plus grâce à son physique de cyborg qui lui permet malgré tout de dominer sur la durée. Mais l’essentiel est ailleurs puisque Dwight sort sa collection de jouets et rigole avec les mascottes… 12 ans d’age mental, aussi volontaire qu’un mollusque est énergique, l’aider semble peine perdue… NEXT

6
(-)

JaVale McGee
McGee
Notre mascotte avait démarré la saison sur les chapeaux de roue en faisant du rodéo sur un adversaire, en démolissant quelques contre attaques, bref tout ce qui fait la beauté de ce personnage qu’on aime tant… Et puis patatra, fracture de fatigue et toute une clinique qui menace de déposer le bilan, orpheline de sa figure de proue… Pour nous faire patienter jusqu’à son retour, toujours pas programmé au grand dam de ses millions de fans, il a annoncé préparer une télé-réalité mettant en scène sa famille. Attention les yeux, Paris Hilton et Kim Kardashian n’ont qu’a bien se tenir…

7
(-)

Michael Beasley
Muhammad
On attendait d’apercevoir Mike fonce-dé sur les plages de South Beach à taper des pokers avec Horacio Caine et Justin Bieber. On a le droit pour le moment à un gentil camarade qui performe en sortie de banc, le tout sans bouger une oreille… 2 possibilités: soit le contrat de Beasley comporte des clauses qui peuvent l’envoyer à Rikers à la moindre incartade, soit c’est lui qui a dérobé la palette de Valium qui a disparu de la clinique au mois de novembre… Mystère et boule de gomme à Miami, l’enquête suit son cours…

8
(-)

Chris Andersen
Smith
Comme pour Mike Beasley, l’air de la Floride a transformé le Birdman en coéquipier modèle. Aux fautes techniques se sont substituées les performances de choix, aux aboiements les rebonds offensifs. L’une des très grandes réussites du psy, qui n’a toutefois pas réussi à lui faire adopter un style un peu plus passe partout, ce qui lui a valu le titre officieux de premier oiseau invité à la Maison Blanche…

9
(-)

Shabaaz Muhammad
World Peace
Annoncé comme l’un des ambianceurs de la saison en NBA et nouveau cauchemar de David Stern et Adam Silver, Shabaaz hérite pour le moment du Casper Award 2014. Complètement invisible dans la rotation des Loups, on en viendrait presque à souhaiter un pétage de plomb pour raviver la flamme qui nous avait fait nous intéresser à lui. Augmentation des doses d’excitants prescrite par le psy, on attend de lui de l’innovation pour cette nouvelle année.

 

On vous avait promis une saison haute en couleur et des résidents tous aussi zinzins les uns que les autres. Certains ont déçus, d’autres se cherchent encore alors que certains sont au niveau de conneries ou on les attendait. Rendez vous la semaine prochaine pour un nouveau bulletin psychologique aux couleurs NBA, en attendant stay tuned, le réveil de certains devrait avoir lieu très prochainement… See you soon!

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top