Knicks

L’hôpital qui se fout vraiment de la charité : Melo a conseillé J.R. Smith de grandir au plus vite

Celle-là, faut être capable de la lire sans trembler du menton. Carmelo Anthony, propre du moindre reproche et dont l’attitude serait apparemment exemplaire, a eu une discussion profonde avec J.R. Smith cet été sur le sujet de la maturité…

Il y a un mois, la NBA annonçait que le 6ème Homme de l’Année était également le Fumeur de l’Année, puisque son activité en tant que consommateur de marijuana a été grillé par la NBA, le poussant ainsi à louper cinq matchs chez les Knicks. Du coup, quand le mot s’est répandu à vitesse grand V dans les quatre coins de New York et de la Ligue, son leader est venu lui parler directement pour régler quelques problèmes de cordages dans l’occiput.

“J’ai eu une conversation de coeur-à-coeur avec lui, nous avons eu une discussion que deux hommes devraient avoir. Je crois qu’il a compris ce que je voulais lui dire, mais l’essentiel de la discussion tournait autour du fait qu’il était temps. On verra ce que cela va donner, mais il faut accepter de s’aider. Tout le monde souhaite t’aider, mais si tu ne veux pas t’aider toi-même, à quoi cela sert.”

Si les Knicks souhaitent en effet jouer les troubles-fêtes cette saison, la Conférence Est donnant en ce moment nettement plus de hype aux Bulls, Heat, Nets et Pacers, il faudra que leur capitaine fasse davantage tourner les têtes de ses défenseurs que les shots de Jack. Une énième blague facile, mais qui vient ici marquer 6 mois de frustration, depuis la fin de série face aux Celtics au printemps dernier. Smith était en effet au top de sa forme jusque là, servant de partenaire idéal pour un Carmelo au four et au moulin, mais la chute fût dramatique par la suite et l’été du garçon restera décevant. Pourtant, Melo sait à quel point il a besoin de ce petit plus de folie.

“C’est un membre très important de l’équipe, il a contribué énormément à notre succès la saison passé et il le sait. Il a eu un long été pour réfléchir à tout ça, et on espère qu’il tournera la page comme il faut.”

De sa suspension à son opération au genou en passant par ses batailles de bac-à-sable avec Paul Pierce via interviews interposées pour savoir qui contrôle la Grosse Pomme : c’est peu dire si les Knicks ont transpiré en voyant Gérard vivre cinq mois sans un ballon dans les mains.

Mais en même temps, voir Carmelo Anthony, magnifique la saison dernière mais loin d’être un modèle en terme d’attitude et d’approche du jeu, se permettre ce genre de speech à Gérard, on a plus l’impression d’un sketch qu’autre chose…

Source : NY Post

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top