Nets

Brooklyn Nets : Une soif de grandeur affichée

Sous l’impulsion de leur magnat et oligarque russe, Mikhail Prokorov, les désormais Nets de Brooklyn ont su trouver un nouveau souffle de vie cette saison, qui leur a permis notamment de se hisser à la 4ème marche de l’inégale conférence Est, ainsi de s’extirper des profondeurs du classement et de la moquerie chronique dont ils étaient victimes auparavant. Grâce à l’enveloppe dorée de 330 millions de dollars (253 millions d’euros) mise sur la table l’été dernier par leur mécène, le roster de la banlieue new-yorkaise s’est étoffé avec les signatures de Deron Williams, de Gerald Wallace, et de Joe Johnson, de même que leur intentions à défier tous les pronostics en Playoffs.

Depuis la succesion au poste d’entraîneur d’Avery Johnson par son assistant, P.J Carlesimo, les Nets jouïssent d’une prise de conscience et d’une concentration exemplaires qui justifient les espoirs placés en eux (32 victoires sur 50 possibles pour l’ancien stratège de Greg Popovich depuis son intronisation le 27 décembre dernier). Emmenés par ailleurs par un Deron Williams retrouvé depuis le All-Star break, ses coéquipiers aspirent à présent à plus qu’une simple participation aux intenses duels d’après-saison, si bien que lorsqu’on interroge Carlesimo sur une possible confrontation avec le Miami Heat au deuxième tour, rien ne semble insurmontable pour l’intérimaire de Brooklyn.

Sans aucun doute, Miami est l’équipe à battre à l’Est, mais je ne pense pas qu’ils soient invincibles. Ils ont prouvé qu’ils étaient la meilleure équipe de la ligue jusqu’ici, mais je crois que si vous avez une avant-garde qui peut protéger le ballon et limiter les pertes de balle, choses que nous avons mal faites contre eux (en saison régulière), alors ils peuvent être vulnérables. Il faudra sans aucun doute produire un effort incroyable pour les battre mais je ne pense pas qu’ils soient si supérieurs aux autres équipes.

Nous jouons bien maintenant, comme nous l’avons fait durant toute la saison, et si nous sommes en forme, nous avons nos chances contre n’importe quel adversaire.

 Un discours très ambitieux de la part du coach des Nets qui découle fort probablement de la confiance et de l’envie forgées depuis fin décembre 2012. Reste à savoir ce que peut et ce que va offrir cette équipe fraîchement remaniée en Playoffs, qui va certainement devoir se passer de son leader défensif, Gerald Wallace, mal retombé et touché au genou gauche contre les Celtics de Boston mercredi soir.

A vos paris !

Source: ESPN New-York

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top