Second rounder (NBA)

Un joueur que l’on appelle un second rounder, c’est tout simplement un mec qui a été drafté au deuxième tour. Certains n’arrivent jamais en NBA, et d’autres deviennent tout simplement de gros steals, parfois meilleurs que des joueurs pris dans les dix premiers choix de leur Draft. On peut prendre l’exemple d’un très célèbre second rounder : Isaiah Thomas. L’ancien nain des Celtics avait été pick en dernier de la Draft 2011, en 60 par les Kings, et malgré une carrière fortement perturbée par les blessures, IT aura tout de même réussi à être sélectionné deux fois au All-Star Game (2016 et 2017) et une fois dans la All-NBA Second Team (2017).

Mais le meilleur exemple de second rounder à succès, c’est tout simplement Nikola Jokic. Drafté en 41ème par les Nuggets, le double MVP a suivi la cérémonie en train de somnoler dans son canapé, chez lui, en Serbie. C’est même son frère qui l’a sorti du sommeil en l’appelant pour lui expliquer qu’il venait d’être appelé en NBA. Le plus fun dans tout ça, c’est que les téléspectateurs qui ont suivi la Draft à la télévision ce soir-là n’ont même pas vu l’annonce en direct puisque ESPN avait justement décidé de faire une pause publicitaire à ce moment-là.

Pour ceux qui veulent la jouer un peu plus old-school, on a un certain Manu Ginóbili pick en 57ème par les Spurs ou encore Dennis Rodman, drafté en 27, l’équivalent d’un second tour à l’époque. Si vous regardez la Draft, restez après la fin du premier tour avant d’aller au pieu. Vous découvrirez peut-être une future star de la NBA qui sera passée entre les mailles des filets des scouts. En plus, ça nous fait des belles histoires à raconter.

Révise ton alphabet et deviens bilingue en trashtalking avec le Lexique du TrashTalker

Liens utiles dans le lexique :

Source image : YouTube


To Top