L’histoire de l’Amateur Athletic Union (AAU)

Créée en 1888, l’Amateur Athletic Union est une vieille dame du sport aux États-Unis. Une grosse machine qui a longtemps régné sur le sport amateur chez l’Oncle Sam. C’est d’ailleurs toujours le cas, même si son rôle est moindre. 

Jusqu’à la fin des années 70s, c’est l’Amateur Athletic Union qui, conjointement avec l’équivalent du Comité Olympique de l’époque, avait la charge de représenter les athlètes US pour les compétitions internationales. Mais à cette période, des critiques se sont levées pour remettre en cause son importance avec des questions d’intégration des femmes dans une organisation qui n’était plus en phase avec son temps et qui galère de plus en plus à gérer l’ensemble des sports. Avec l’Olympic Sports Act de 1978, le déclin débute pour l’AAU et ce dernier s’accélère avec la montée en puissance du sport professionnel à la fin du XXè siècle. L’Amateur Athletic Union perd de son influence et de sa visibilité et doit recentrer sa mission sur les jeunes athlètes et l’organisation du sport sur le territoire américain, bien loin du lustre d’antan des Jeux Olympiques.

Pour sa partie basketball, l’Amateur Athletic Union a logiquement suivi la même courbe. Lors des premières Olympiades, une partie du roster de Team USA était composée d’athlètes du circuit AAU, l’autre d’universitaires. Élément moteur lorsque la NBA n’existait pas ou vivotait, elle a fini par s’effacer de la carte, non sans avoir été dans la première moitié du XXè siècle une opportunité pour les Afro-Américains – selon les États – pour tâter la gonfle quand le circuit professionnel leur était bouché. 

Pour autant, elle n’a jamais complètement disparu. Dans un cursus standard pour les ballers, les gamins jouent au lycée, entre potes. Et lorsque l’année scolaire est bouclée, ils ont certes l’opportunité de jouer sur les playgrounds de façon pas toujours encadrée, soit de prendre part aux événements mis en place par l’Amateur Athletic Union. Des camps organisés un peu partout aux USA. Malheureusement, le système s’est quelque peu perdu en chemin si on en croit des joueurs NBA. Désormais, les prospects passent par l’Amateur Athletic Union pour faire grimper leur cote auprès des universités et bien souvent, l’individualisme prend le dessus, bien plus que le travail des fondamentaux ou le jeu en lui-même. Les marques sont présentes, non seulement pour sponsoriser l’événement, mais aussi pour faire leur marché. Les critiques reviennent, à l’instar de celles formulées par Kobe Bryant en 2015 :

« Horrible, terrible basketball AAU. C’est stupide. Cela n’apprend pas du tout à nos gosses comment jouer au basket donc vous vous retrouvez à avoir des joueurs qui sont grands et ils se ramènent et ils font toutes ces conneries fantaisistes et ils ne savent pas jouer au poste. Ils ne connaissent pas les fondamentaux. C’est stupide. »

Si ce son de cloche est souvent partagé au sein de la Grande Ligue, d’autres observateurs pensent néanmoins que l’Amateur Athletic Union offre des opportunités pour les jeunes de se faire voir et connaître. Que le niveau est maintenant plus élevé et plus professionnel. Reste à savoir si le but de l’Amateur Athletic Union est d’être pro et de brasser des millions ou de former de jeunes athlètes pour qu’ils puissent réussir ensuite…

Révise ton alphabet et deviens bilingue en trashtalking avec le Lexique du TrashTalker

Liens utiles dans le lexique :

Source image : AAU


To Top