Heat

Le Heat termine les Pacers avec respect : 4-0 Miami, le coup de balai est parfait, y’a pas une miette qui traîne

Jimmy Butler 25 août 2020

Quand on te dit que T.J. Warren est en mission.

Source : NBA League Pass

On n’en attendait pas moins de leur part cette nuit, et le Heat a fait le taf, comme chaque soir de match depuis le début de cette série. Au final ? Un 4-0 net et sans bavure, et un violent 7-1 sur l’ensemble de la saison. Heureusement que T.J. Warren était en mission.

Deux divisions d’écart. Zéro disrespect pour les Pacers hein, mais ce premier tour de Playoffs aura donc surtout été l’occasion pour le Heat de faire ses gammes en vue d’une énorme demi-finale de conférence face aux Bucks lors de laquelle la franchise floridienne aura un vrai coup à jouer. Ces Pacers étaient de toute manière trop limités, trop saison régulière, trop Nate McMillan, trop Sabonis dépendants, et Jimmy Butler s’est donc chargé de faire comprendre à T.J. Warren qu’il n’était absolument pas le Michael Jordan version bulle mais plutôt une espèce de Jordan Crawford version nul. Désolé pour la rime, il est 4h36 du matin à l’heure de ces lignes, mais avouez que la série du quasi-MVP de la fin de régulière a pris des allures de chemin de croix, loin d’être « catastrophique » mais à des années lumières du mec qu’on nous vendait comme le possible bourreau de Miami dans une série de Playoffs. Rires au fond de la salle, car ce sont finalement Malcolm Brogdon, Myles Turner et un Victor Oladipo relâché qui auront porté Indiana à un 0-4 amer à défaut d’être honteux. Ce soir encore, la puissance de heat du Feu aura en tout cas permis aux hommes de Coach Spoelstra de ne jamais douter, une fois de plus, pour parachever un quatrième succès en quatre matchs, car pourquoi se fatiguer quand on peut torcher ça vite et bien.

Les héros de la soirée côté Mayami ? Bam Adebayo et ses 19 rebonds au compteur, Goran Dragic qui continue de s’imposer comme le mâle alpha n°2 de son équipe, ou encore Tyler Herro, toujours aussi offensif en sortie de banc et dans le cœur des adolescentes. Un match qui a également vu le retour de Kendrick Nunn dans la rotation, toujours utile, et un match qui aura donc, surtout, mis l’accent sur la domination sans faille des plages de Floride sur les marécages de l’Indiana, parce que les dauphins c’est quand même plus sexy que les crapauds. Pas de surprise donc, avec un bilan en Playoffs désormais à 3-16 pour Nate McMillan mais c’est pas grave parce qu’il a une bonne tête, et déjà la tête aux demis pour la bande à Jimmy Butler, qui devrait se prendre une sacrée amplitude thermique dans la tronche à partir de la fin de semaine.

Le beef Warren/Butler n’aura pas eu lieu, et de série il n’y aura même pas eu. Magnifique premier tour à l’Est, on est quand même passé à un Vucevic près de se manger quatre sweeps en quatre séries.

stats Heat pacers 25 août 2020

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top