Bulls

Fans des Bulls, Derrick Rose va vous faire pleurer : « Avec le load management, je serais probablement encore à Chicago »

Avec trois titres de MVP et deux bagues ?

Source image : Twitter NBC Sports Chicago

Parmi les grandes actualités du début de saison, difficile de passer à côté du load management, sujet épineux qui fait beaucoup parler autour de la ligue aujourd’hui. Mais il y a quelques années, ce terme n’était pas du tout à la mode, et c’est notamment pour cette raison qu’un certain Derrick Rose avait beaucoup été critiqué pour ses séjours prolongés à l’infirmerie lorsqu’il évoluait encore à Chicago. D’après le principal intéressé, il serait toujours chez les Bulls aujourd’hui si cela avait été le cas à l’époque.

On se rappelle tous de ce 28 avril 2012. Game 1 des Playoffs, Chicago affronte Philadelphia, Derrick Rose se pète le genou dans les dernières minutes de la partie, alors que la victoire est assurée pour les Bulls. Un véritable tournant, pour la franchise mais surtout pour le joueur. L’ascension phénoménale du joueur a pris fin ce jour-là. Premier choix de Draft en 2008, Rookie de l’année en 2009, All-Star en 2010, MVP en 2011, genou foutu en 2012. Après cette blessure, D-Rose a raté toute la saison 2012-13, avant de jouer seulement dix rencontres lors de la campagne suivante à cause d’une déchirure du ménisque. Deux grosses blessures, suivies par plein d’autres pépins physiques qui ont envoyé Derrick à l’infirmerie. L’ancienne superstar des Bulls représente donc l’un des plus gros « what-if » de l’histoire, encore plus aujourd’hui dans l’ère du load management, où certaines superstars (coucou Kawhi) sont gérées avec précaution face au rythme élevé de la saison régulière. Parce que oui, on peut se poser la question du scénario si le D-Rose version Bulls avait vécu dans une époque similaire à celle actuelle. Interrogé sur le sujet lors d’une interview avec NBC Sports Chicago mercredi, en marge de son retour au United Center sous le maillot des Pistons, Derrick a partagé sa vision des choses.

« C’était une autre époque dans le monde du sport. Maintenant, on a le terme load management. Je ne pense pas que je serais allé aussi loin que Kawhi dans le sens où ils sont vraiment très prudents avec sa blessure. Mais si le load management avait existé à l’époque, qui sait ? Je serais probablement encore un Chicago Bull aujourd’hui. Mais ce terme n’était pas à la mode. »

Il faut prendre en compte plusieurs aspects pour vraiment comprendre la déclaration de Derrick Rose. D’abord, quand on regarde les chiffres de sa carrière, on se rend compte qu’il a joué quasiment tous les matchs de son équipe lors de ses trois premières saisons dans la ligue, avec environ 37 minutes en moyenne et un style de jeu très explosif mais aussi très traumatisant pour son corps. Il a commencé à avoir des pépins physiques lors de la saison du lock-out, où il a raté 27 rencontres avant de se péter en Playoffs. Chez les Bulls, il a également joué sous les ordres de Tom Thibodeau, vraiment pas réputé pour faire reposer ses joueurs. Est-ce que tout cela a joué dans les blessures de Derrick ? Y’a de bonnes chances. Mais là où la déclaration de Rose est vraiment intéressante, c’est au niveau de la popularisation du terme load management. À l’époque, il avait été critiqué pour ses absences prolongées, notamment lors de cette fameuse saison blanche où il estimait qu’il n’était pas prêt à retrouver les terrains malgré le feu vert des médecins. Avec ces critiques, les blessures et la frustration générale qui entourait le cas D-Rose à Chicago, les Bulls ont finalement décidé de le transférer aux Knicks en 2016 après huit années de vie commune. Les choses auraient donc pu être bien différentes s’il y avait eu le load management au début de la carrière de Derrick, car les critiques n’auraient probablement pas été aussi intenses à son égard.

Si vous êtes fan des Taureaux, cette déclaration fait mal. Quand on se souvient des premières années de Derrick Rose à Chicago, on ne peut s’empêcher d’avoir des étoiles dans les yeux. Malheureusement, la fin a été beaucoup moins savoureuse.

Source texte : NBC Sports Chicago

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top