Lakers

Le best-of des Lakers 2018-19 : 15 minutes de pur showtime façon new generation

En attendant la reprise des hostilités, TrashTalk paye une nouvelle fois son mois d’août et vous offre chaque jour le best-of 2018-19 de l’une des trente franchises NBA. Histoire de se mettre bien avant la reprise, histoire de ne pas oublier que le basket est le plus beau sport du monde, juste devant la pétanque du dimanche, celle qui se pratique une boule dans la main gauche et un verre de rosé dans la droite. Allez, highlights, les vacances c’est pour les autres.

C’est parti, quatorzième best-of de cette série spéciale N-1, synonyme d’un début de saison qui se rapproche inexorablement. Ça c’était pour la bonne nouvelle, mais passons tout de suite aux choses sérieuses.

Les Los Angeles Lakers, on avoue que parfois ça a pas mal vacillé pendant la régulière. Des moments noirs – comme la blessure de LeBron James et les grosses perturbations liées aux rumeurs sur Anthony Davis – qui ont amené les Californiens où ils sont : c’est-à-dire en vacances, et ce depuis le mois d’avril. Pas de Playoffs donc pour les Angelinos, mais qui ne demeurent pas moins la descendance de Magic et ses compères avec Bronbron en chef d’orchestre. De bonnes connexions entre les joueurs (et notamment la petite troupe envoyée récemment en Louisiane), du spectacle et une envie qui se sent de vouloir faire revivre aux fans de L.A. les années du vrai showtime à la Kareem et Magic. Et honnêtement, cette partie du contrat a plutôt bien été remplie. Kyle Kuzma qui déroule à sa façon quand il se décide à sortir de son coin, les lignes extérieures qui font le taf avec Lonzo Ball qui balance des caviars à droite à gauche, Brandon Ingram qui nous fait toujours un peu de Kevin Durant version discount et puis forcément Lance Stephenson, qui réussit toujours à ramener de la folie dans les franchises qu’il traverse. En même temps, il faut dire que la folie… bah c’est lui en fait.

Petit coup de cœur de la rédac’, le poste cinq qui a été plutôt bien géré par JaVale McGee, beaucoup trop longtemps sous-coté surtout quand le Shaq l’affichait dans son émission Shaqtin’ A Fool. Sauf que le grand JaVale, et bien lui aussi il a distribué les highlights la saison dernière. Alley-oops, gros tomars et quelques contres de l’autre côté du terrain, McGee a bien assumé son nouveau statut de pivot titulaire. Enfin, est-il vraiment utile de vous parler – encore – de « l’aide » que peut apporter un LeBron James dans une équipe de basket ? Non mais évidemment qu’on va le faire. LeBron est un peu comme le maître de scène. La clef de voûte de l’équipe et ce encore plus que le coach. Il a une telle présence sur le parquet qu’on a vraiment l’impression que le head coach a mis un maillot. Et bien sûr, cela se ressent, sur les stats et sur les highlights. Pour la défense par contre, on repassera.

Ces 15 minutes de pur showtime sont un bon moyen d’oublier les mauvais souvenirs d’une saison qui semble tout de même gâchée par l’absence de Playoffs. Si on a la même chose avec Anthony Davis la saison prochaine, ça va trembler à Los Angeles. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top