Raptors

Drake vit ses Finales de Conférence à fond : on nous avait pas dit que Nick Nurse avait un nouvel assistant

Drake

Attention à la réponse du Greek Freak lors du Game 6 quand même.

Source image : BeIN Sports

Figure emblématique de Toronto, Drake est en train de se forger une réputation de trashtalker depuis sa place attitrée en courtside de la Scotiabank Arena et même sur le parquet. Il y avait Jack Nicholson et Spike Lee, il y a désormais aussi Drizzy.

Ce n’est pas la première fois qu’on le voit faire le show, notamment pendant les Playoffs. Depuis 2013, il est même devenu le Global Ambassador de la franchise. A l’époque, il est surtout vu comme un moyen de gonfler un peu la hype de l’autre côté de la frontière alors que The 6 s’apprête à accueillir le All-Star Game en 2016. Prenant son rôle très à cœur, on l’aperçoit régulièrement en train de motiver la foule déjà très chaude du feu Air Canada Centre et il ne rate pas un gros match alors que cela coïncide justement avec la montée en puissance des Raptors dans le sillage de son duo Kyle Lowry – DeMar DeRozan. Même s’il est pris en flagrant délit de fanboyisme en réclamant régulièrement des selfies avec les stars adverses, on se dit que c’est pour la bonne cause quand on connait la malédiction qui frappe tous ses crushs sportifs. D’ailleurs, ça expliquerait beaucoup de choses sur le choke de ses petits protégés une fois la postseason arrivée. Mais apparemment @champagnepapi a pris des précautions cette année quand on voit le parcours des Dinos dans ces Playoffs 2019. Car oui, il semblerait que Drake ait un vrai rôle à jouer dans la saison des Raptors. Que cela plaise ou non.

Toujours assis dans le même siège que les années précédentes, non loin du banc de Toronto, le rappeur s’était déjà fait remarquer (encore plus que d’habitude) lors des demi-finales contre Philadelphie. Et que je te mime l’avion pour dire au revoir à Joel Embiid en réponse à la célébration du grand pivot. Et que je gueule à l’oreille des joueurs adverses pour une remise importante dans le money time. Drake prend de plus en plus ses aises à la Scotiabank Arena mais il a encore franchi un cap cette nuit à l’occasion du Game 4 de ces FDC contre les Bucks. Tout est bon à prendre pour tenter de déstabiliser le probable MVP de la saison régulière, alors il joue son rôle à fond en tenant tête au Grec et en se moquant de lui dès qu’il en a l’occasion. Alors quand Giannis manque un lancer et que T.dot mène au score, c’est l’explosion en courtside avec des célébrations gérardesques du 6 God. Et quand Fred VanVleet annonce une planche à trois points, Drake fonce sur le parquet avant de venir faire un petit massage à Nick Nurse sur le banc. L’absence de gêne est totale et Drizzy est chez lui dans la salle des Raptors. Une attitude qui a tendance à irriter de plus en plus de fans qui ne supportent plus les libertés prises par la célébrité qui aurait depuis longtemps été dégagé de l’enceinte s’il ne s’appelait pas Aubrey Drake Graham. Toutefois, quand le public et surtout les gens du premier rang veulent rentrer dans du trashtalking pour que ça pimente la story et motive les stars, que dire à part que l’on a hâte de voir la suite. Evidemment, il faut respecter les joueurs et rester dans le cadre autorisé en commençant par arrêter de mettre ses pieds sur le terrain ou en ne franchissant jamais la ligne des insultes. Mais si toutes les cases sont cochées, que l’intégrité des joueurs n’est pas mise en danger et que l’on a affaire à du trashtalking dans les règles de l’art, c’est un grand oui.

Est-ce que Nick Nurse en a marre de devoir faire du social avec un fan sur ses heures de boulot ? Peut-être, sûrement même. Mais rien que pour voir la tête que fera le Greek Freak à Drake si jamais les Bucks tapent Toronto au Canada, on a envie de suivre le reste de cette série. Par contre, on serait bien curieux de voir comment Drizzy réagira s’il doit trashtalker Stephen Curry et Kevin Durant pendant les Finales NBA. Niveau crédibilité, c’est quand même moyen de se moquer de joueurs à propos de qui on est allé jusqu’à se tatouer leur numéro sur le bras. Un dilemme de plus dans la vie de Drake que l’on est sûr qu’il aurait envie de vivre malgré tout.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top