Nuggets

Preview Nuggets – Grizzlies : Denver a beau ressembler à un hôpital ambulant, ils ont de quoi emmerder les Ours

infirmerie

Ci-dessus, le nouveau logo des Nuggets.

Source image : http://www.rclensois.fr/

Très beau duel de la Conférence Ouest à suivre ce soir. Les Nuggets, troisièmes, sortent d’un road-trip de cinq matchs en dix jours et de deux défaites de suites. En face, les Grizzlies, sixièmes, viennent de se faire allumer par les Lakers à domicile. Les deux équipes ont donc besoin de rassurer ce soir dans les Rocheuses. C’est qu’il y a 14 équipes qui peuvent faire les Playoffs à l’Ouest cette année. 

On ne sait pas de quel pied s’est levé Mike Malone, quel miroir il a brisé ou bien quel sorcier vaudou il a insulté mais les Nuggets puent la poisse ces temps-ci. Sans déconner, si on fait joueur tous les blessés de l’équipe ensemble, ils peuvent taper les Playoffs à l’Est oklm. Isaiah Thomas n’a toujours pas joué le moindre match sous ses nouvelles couleurs, pareil pour Michael Porter Jr. sur qui aucune info ne fuite d’ailleurs. Will Barton n’a lui, pas foulé le parquet depuis le 20 octobre, Gary Harris est absent pour au moins encore trois semaine à cause d’un problème à la hanche et cerise sur le gâteau Paul Millsap s’est fracturé l’orteil et chauffera le banc pour on ne sait combien de temps. In-cré-di-blé ! Pas sûr que les Nuggets arrivent à compenser l’absence de l’ailier fort dont l’arrivé avait transformé la défense de l’équipe. Si les morceaux de poulets sont encore troisièmes de l’Ouest quand tous ces mecs là reviennent, on pourra parler d’eux comme parmi les favoris, non ? La poisse est monumentale. On prévient tout de suite les spectateurs du FedEx Forum, prenez les casques de chantiers avec vous. Parce que là, Jamal Murray va prendre 35 tirs par matchs easy, et Jokic va être obligé de scorer et ce n’est pas ce que préfère le Serbe en ce moment. Sans Millsap, les hommes de Mike Malone se sont inclinés contre Atlanta samedi, et ça c’est vraiment sale. Surtout qu’en face, pour une fois, les Ours sont au complets. A part Chandler Parsons bien sûr, cela va de soi.

Les Grizzlies se déplacent donc à 2000 mètres d’altitude pour affronter une équipe d’éclopés. Ils viennent de se prendre une bonne branlée à domicile contre les Lakers, et auront à cœur de se racheter. Attention, même diminués, les Nuggets ne sont jamais bon à prendre chez eux. C’est qu’on respire mal en altitude. On conseille à Joakim Noah de pas trop gueuler, il va vite se retrouver essoufflé sinon. D’ailleurs, l’arrivé de Jooks confirme que Memphis possède l’un des meilleurs secteurs intérieur de la Ligue actuellement. Marc Gasol, Jaren Jackson Jr., JaMichael Green, et Noah donc, c’est chiant en défense, c’est relou en attaque. Il y a des menuisiers à tout les postes de toute façon dans la franchise de JB Bickerstaff. Sans Paulo, pas sûr que Nikola Jokic et Trey Lyles arrivent à contenir l’intérieur espagnol et les pénétrations de Mike Conley. Un ailier fort qui joue contre Denver, on appelle ça un spot TTFL tranquille. En tout cas, même s’ils forcent l’admiration, les Grizzlies ont encore du mal à être réguliers, ils alternent le bon et le moins bon. Logique quand ton attaque se repose presque exclusivement sur deux joueurs. Ce soir, la visite à l’hôpital sera l’occasion de battre un concurrent direct dans la course aux Playoffs avant de retourner à la maison pour trois matchs.

Cette saison NBA est tout de même passionnante. En plus des belles surprises comme les deux équipes de ce soir, les deux Conférences sont très ouvertes. A l’Ouest, deux défaites séparent le premier du huitième. Et à l’Est, LeBron James n’est plus là donc bon, ça laisse de la place. C’est pour cela que toutes les victoires contre les adversaires directs sont plus qu’importantes. Cette nuit, à 3 heures du matin, Denver contre Memphis. Que ça vous plaise ou non, c’est un choc. En plus, ça pourrait être les premiers pas de Nick Young chez les Nuggets si les administratifs de la franchise sont assez rapides pour terminer les papiers à temps. Petite breaking made in Shams Charania de The Athletic.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top