Knicks

Joakim Noah et les Knicks proches d’un buyout : l’histoire d’amour devrait prendre fin très prochainement

Joakim Noah

Noah veut partir, les Knicks veulent le libérer, easy peasy

Source image : youtube

Joakim Noah et New York, on arrive progressivement au terme d’une histoire qui aura duré deux petites saisons. Deux saisons de galères, de blessures, de suspensions, d’embrouilles. Bref, deux années que chacun espère oublier très vite, mais pour cela, il faut passer par la case négociation. Avec 37,825 millions de dollars restant sur son contrat, les Knicks vont devoir se mettre d’accord avec le joueur pour trouver une solution, et vite. 

Arrive-t-on enfin au moment tant attendu par tous ? Les Knicks et Jooks vont-ils enfin se séparer, afin de partir sur de nouvelles bases chacun de leur côté ? On y approche à grand pas, et c’est une bonne nouvelle à la fois pour la franchise et pour le joueur. New York doit se débarrasser tout d’abord du pivot, parce qu’un joueur présent dans le vestiaire qui ne joue pas et qui a déjà eu quelques tensions avec le staff, c’est pas la meilleure affaire. Puis pour Noah, qui a 33 ans et donc encore quelques années de basket devant lui. Il pensait se relancer dans sa ville natale, échec absolu au final. 53 petits matchs en deux saisons, des blessures à répétition, une suspension de vingt matchs pour avoir ingéré une substance interdite par la NBA et une embrouille avec son coach comme cerise sur le gâteau. 4,6 points, 7,9 rebonds et 2 passes, voilà les moyennes posées par le pivot sous le maillot des Knicks. Il ne sera pas présent aujourd’hui pour le Media Day (prévu à 18h pour les Knicks), et devrait faire ses valises dans les heures qui viennent (si elles ne sont pas déjà faites).

L’issue est donc connue, reste à savoir les détails du buyout. Deux solutions s’offrent aux Knicks. Premièrement, ils peuvent tout simplement couper le joueur, c’est à dire le libérer, et il ne fera plus parti de l’effectif. En revanche, ils devront respecter le contrat signé il y a deux ans, et ainsi lui verser son salaire de près de 38 millions sur deux ans (merci Phil Jackson). Autre possibilité, ils peuvent le libérer et étaler le contrat du joueur sur plusieurs années. Dans le cas de Noah, ils lui verseraient 18,5 millions cette saison comme convenu dans son contrat, mais étaleraient les 19,3 millions restants (de la saison 2019-2020) sur trois ans. New York aura donc dans sa masse salariale environ 6,4 millions jusqu’en 2022 à verser au pivot. La deuxième option est sûrement celle qui sera utilisée par la franchise, car elle permettra de libérer près de 13 millions pour l’intersaison 2019. Et quand on connaît les ambitions des Knicks sur le marché des agents libres et la situation contractuelle de Porzingis, ces millions pourraient être très précieux. Mais tout n’est pas rose, on est pas dans le monde des bisounours. Si New York n’arrive pas à attirer de gros poissons à l’été 2019, ils se retrouveraient à payer Noah pour encore trois saisons, alors qu’ils auraient pu faire le choix de lui verser ses 19,3 millions en une saison comme convenu dans le contrat initial, et donc se débarrasser de ce dossier. Un gros choix est à faire pour Scott Perry, seul l’avenir nous dira s’il a fait le bon.

Nous arrivons enfin à la fin de cette histoire. Noah et les Knicks, l’histoire qui semblait magnifique a, petit à petit, viré au cauchemar pour les deux parties. New York veut se débarrasser du joueur et de son contrat, Joakim veut prouver qu’il sait toujours jouer au basket… messieurs, signez le papier, serrez-vous la main, et adios amigos

Source texte : Twitter/@ShamsCharania, NBC Sports 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top