Celtics

Terry Rozier fait la bise aux Cavs : « Je pense qu’on aurait été une meilleure matchup pour les Warriors »

Terry Rozier
Source image : YouTube

Confiant, Terry Rozier l’a toujours été. Culotté, aussi un tout petit peu. Mélangez les deux, mettez le meneur des Celtics devant des caméras et vous obtenez la pique du jour en direction des Cavs : cadeau vert.

Alors, on est encore un peu salty, cher Terry ? La défaite au Game 7 en finale de conférence face à Cleveland a peut-être du mal à passer, ou alors il s’agit d’une analyse dénuée de toute subjectivité, ce dont on a du mal à croire. Excellent sur ces Playoffs avec le maillot green, Rozier a été au centre des bonnes performances de Boston sur cette deuxième partie de saison et c’est lui qui a d’ailleurs voulu se farcir les Cavs quand il tapait un gros Game 6 en déplacement dans l’Ohio. Malheureusement pour lui, Scary Terry a dû s’incliner chez LeBron puis se prendre la mixtape du King au Game 7, en plein TD Garden. Résultat des courses, fin de campagne héroïque pour les Celtics, Finales NBA matées devant la télé et accessoirement invitations aux shows télévisés. On a justement aperçu Rozier chez ESPN et notamment l’émission First Take, où il a déployé son avis le plus franc sur l’opposition entre Cavs et Warriors. L’aspect historique, c’est sympa, une quatrième en quatre ans, c’est épique, mais est-ce qu’on peut parler de Finales NBA ultra-équilibrées ou compétitives ? Difficile à dire. Ce qui est sûr et certain, c’est que pour le dragster du Massachusetts, il y a une autre affiche qui aurait pu avoir lieu et donnerait une série apparemment bien plus stable : Boston – Golden State, évidemment.

“Je ne veux retirer aucun crédit aux Cavs, mais on a plein de joueurs qui sont capables de switcher sur différents joueurs loin du ballon, ce genre de choses. Notre niveau de communication est clé pour nous, et c’est quelque chose dont on a pris soin tout au long de l’année. Je pense qu’on aurait été une meilleure matchup pour eux (les Warriors).”

Si on parle strictement d’équipe complète, donc la profondeur de l’effectif, la qualité du coaching, l’efficacité du système et l’aspect imprévisible dans le jeu, il est clair que Rozier peut bomber du torse. Oui, sur le papier, Boston aurait tout à fait pu tenir tête aux Warriors. Et en saison régulière, ce sont ces Celtics déjà amputés d’Hayward qui avaient battu GS à domicile. Sauf que les Finales NBA ne sont pas qu’une histoire de collectif, et ça l’ami Terry l’a bien compris lors du match ultime face aux Cavs. Quand vous avez LeBron James en face de vous, c’est une série engagée qui vous attend. Preuve étant, le Game 1 à Oakland qui a presque vu Cleveland s’imposer… derrière les 51 points du King. Y a-t-il un seul joueur capable de réaliser ce type de performance all-time à Boston, pour tenir tête à une équipe all-time en Golden State ? Non. Alors certes, le ping-pong peut continuer, en affirmant que les Celtics proposeraient 48 minutes plus intenses, une meilleure défense et des ajustements plus pointus, mais la réalité reste celle-ci : premièrement il fallait taper LeBron pour accéder aux Finales NBA donc avec des si on refait le monde, et deuxièmement le collectif léché mais inexpérimenté de Boston aurait tout aussi bien pu se faire taper 2-0 voire se faire totalement sweeper par des darons comme ceux des Warriors. Le message, en tout cas, est bien passé et on sait déjà quoi faire la saison prochaine. Entourer les deux matchs de régulière entre Dubs et Celtics, puis espérer que les deux franchises s’affrontent en juin pour que Terry assume ses paroles.

Difficile de contrer le collectif et le jeu léché des Celtics, leur défense, leur abnégation, des éléments qui pourraient soûler les Warriors. Malheureusement, il faut aller en Finales NBA avant de parler d’être une meilleure matchup, et la mission est déjà activée pour l’année prochaine.

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top