Cavaliers

Preview Cavaliers – Wizards : et si LeBron James enfonçait encore plus Washington ?

LeBron James

Washington en fait encore des cauchemars.

Source Image : YouTube

Le match Cavaliers – Wizards, c’est un peu comme un derby OL – ASSE , ou un Canada – Suisse pour les fans de curling, on ne s’ennuie jamais. Peu importe la période de la saison, cette affiche est toujours alléchante et promet du spectacle, alors quand il y a de l’enjeu, c’est d’autant plus palpitant… Rendez-vous à 2 heures du mat !

Les huit franchises qualifiées pour les Playoffs étant connues à l’Est, seul leur classement peut bouger, et donc influer sur les affiches du premier tour des Playoffs. Cleveland, actuellement troisième, peut descendre du podium en cas de défaite, tandis que Washington, peut aussi bien recoller au Heat, sixième, que glisser à la huitième place. Du coup, les deux franchises vont tout donner sur le parquet pour prendre un avantage non négligeable au classement. Cleveland jouera une fois de plus avec Papy Calderon à la mène, George Hill étant blessé à la cheville. Outre la titularisation de l’Espagnol, c’est surtout Jordan Clarkson qui récupère des minutes, une bonne chose pour les Cavs, puisque, tout comme Gérard, l’ancien arrière des Lakers est capable de rentrer trois tirs primés en une minute, comme ça, sur un coup de chaud. Le coéquipier idéal pour LeBron James, qui, quand il ne pénètre pas façon buffle, peut ressortir tranquillou à trois points. Le King, d’ailleurs, se fait particulièrement plaiz’ cette année contre les Wiz avec 36,3 points, 10 assists, 10,6 rebonds, 1,6 interception et 1 contre de moyenne. Dans le jargon, on appelle ça une salle de bain. Ajoutez à ça le bon retour de Kevin Love, qui tourne en 15-10, et vous obtenez une armada capable d’en coller 140 dans un bon soir.

Heureusement pour eux, la défense, ce n’est pas le fort des Wizards. Quinzième defensive rating de la Ligue (106,3), les Wizards reposent davantage sur leur attaque, menée cette année par Bradley Beal, John Wall n’ayant joué que 39 matchs cette saison. Du coup, Washington a totalement perdu son seul avantage sur la concurrence : la stabilité. Cet effectif nourrissait beaucoup d’espoirs avant la saison, mais tout ne s’est pas exactement passé comme prévu, la faute à Otto Porter Jr. qui n’a pas vraiment progressé, à un secteur intérieur en galère, à un Bradley Beal qui reste inconstant, et surtout à une ambiance bien pourrie au sein du vestiaire. Du coup, le retour de John Wall dans le cinq majeur est à nuancer. Plus de passe, donc de fluidité, mais moins de défense qu’avec Tomas Satoransky, et une communication très froide, notamment avec Marcin Gortat. La saison est donc décevante, mais les joueurs peuvent encore sauver les meubles, en allant chercher, au mieux, une sixième place, synonyme de premier tour de Playoffs contre… Cleveland !

Avec six défaites sur leurs huit derniers matchs, les Wizards sont dans une spirale négative, au contraire des Cavaliers, restant sur quatre succès de suite. En forme, les Cavs sont clairement favoris, idéal pour reprendre un peu d’air vis-à-vis de Philadelphie.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top