Cavaliers

LeBron James n’a jamais été aussi fort de toute sa carrière : c’est donc à 33 piges le prime d’un King ?

LeBron James - Cavaliers

T’as des mecs de 33 ans qui se font crucifier, puis t’as LeBron James.

Source image : NBA League Pass

LeBron James a été l’auteur d’une prestation incroyable hier soir à Denver. Au-delà de ce match et de cette victoire importante, en ce moment, le King est indétrônable, tout simplement dans… la meilleure forme de sa carrière. Mais au fait, ça donne quoi la meilleure forme en carrière du meilleur joueur du monde ? 

Comme sur un air de LeBron, la Brute et le Truand, on reprendrait bien cette réplique cultissime de L’homme sans nom : « Tu vois, le monde se divise en deux catégories ». En effet, il y a le King, et il y a les autres. Une nouvelle fois hier soir, le joueur le plus complet de tous les temps l’a prouvé : 39 points, 10 passes, 8 rebonds à 60% au tir dont un excellent 5/8 du parking. Cerise sur le gâteau, neuf points consécutifs mais surtout des shoots clutchs venus de l’espace dans la dernière minute de jeu : un 3-points à huit mètres puis deux fadeaway, dont un sur un pied. Magique. Celui qui a, une fois de plus hier soir, porté son équipe d’une main de maître, s’est confié sur cette fin de match au micro de Cassidy Hubbarth pour ESPN :

« Je voulais plier le match. C’est ce que mes coéquipiers attendent de moi. On a fait un sacré match, on ne voulait rien lâcher. On est là pour faire des runs. Denver, c’est une super équipe à domicile. Mais on a été capable de résister et j’ai été capable de mettre des shoots cruciaux. »

Et pour cause. LeBron James est énorme en ce moment. Sur les dix derniers matchs, le King est tout proche d’un énorme triple-double : 30 points, 9,7 passes et 9,8 rebonds à 54,7% au tir. Après tout ce qui s’est passé chez les Cavaliers cette année, saison qui est d’ailleurs la pire niveau management depuis que le kid d’Akron est revenu chez lui, il n’en reste pas moins qu’il est dans la meilleure saison de sa carrière. Oui, LeBron James est hors-norme, et si les Cavs arrivent à sortir la tête de l’eau alors que Kevin Love et Tristan Thompson ne sont toujours pas là, seuls rescapés du titre de Champions avec Gérard, c’est bien grâce à LBJ. Sans pression, King James joue comme il sait le faire. Hier soir, c’était le premier match d’un long road-trip de six rencontres. Après le Colorado, les hommes de Ty Lue se déplaceront chez les Clippers, les Lakers, les Suns, les Blazers et finiront chez les Bulls. Autant de matchs importants, bien que celui à Denver paraissait très logiquement être le plus dur, peut-être avec celui à Portland à la lutte pour les Playoffs à l’Ouest. LeBron James s’est donc exprimé à propos de sa performance et son niveau actuel, mais également sur le dixième match avec ses néo-coéquipiers et cette win qui amène un ratio de six victoires pour quatre défaites avec eux :

« Probablement un record All-Time. Juste grâce à mon corps, mon esprit, la façon dont je joue et dont j’aborde le match. Et puis, juste la grâce de Dieu qui me donne la capacité de le faire, je suis béni et je ne prends jamais rien pour acquis. […] C’est un début difficile pour un road-trip. Vous savez, on est venu, on a joué. Comme je l’ai dit, on était super à la maison toute l’année, donc commencer ce road-trip d’une telle manière, c’est un bon début pour nous. »

Mais alors qu’il a intégré les nouveaux d’une main de maître et qu’il règne sur la NBA comme jamais il ne l’a fait, que peut-on attendre de lui de plus que ce qu’il ne fait actuellement ? Il est déjà sensationnel et sur le plan du jeu comme sur le plan personnel, il semblerait bien qu’on ne peut rien attendre de plus de lui que ce qu’il réalise déjà. On ne peut que souhaiter qu’il continue comme cela, et le titre de MVP pourrait bien passer une fois de plus sous la barbe de James Harden. Roi incontesté sur le terrain, on pourrait être amené à se demander qui peut bien arrêter The Chosen One, si ce n’est lui-même. Alors oui, Cleveland n’est peut-être plus candidat au titre comme la franchise l’était les années précédentes. Mais est-ce qu’un rôle de contender pendant les Playoffs n’avantagerait pas The Forest City ? Quoi qu’il arrive, si les Cavs se font sortir, ce ne sera pas de la faute du King, au vu de la manière avec laquelle il a géré cette saison dans le marasme du management et de la direction de la franchise de l’Ohio. Dans tous les cas, on plaint l’équipe qui va se les taper en Playoffs. Les Cavs n’arriveront peut-être pas avec le statut de favori, mais LeBron, lui, il s’en fout. Au contraire, c’est une source de motivation pour lui. Et quand le Roi est motivé et a envie de tout casser, mieux vaut ne pas se mettre en travers de sa route. Wilson Chandler a essayé. En vain.

LeBron James est incroyable actuellement. Le patron, le vrai, il est là, et si certains s’excitent déjà en parlant de LeBron James Jr., concentrez-vous d’abord sur le vrai King, parce qu’à 33 piges il n’en a pas fini avec la NBA. Ses récentes performances montrent clairement qu’il va falloir compter sur lui et les Cavs pour les Playoffs. Non, il ne faudra pas sous-estimer Cleveland car la franchise de l’Ohio pourrait bien être le contender qui créerait une mini-surprise cette année, au vu du niveau d’un certain King James. Alors, un autre titre de MVP dans le radar ? 

Source : ESPN

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top