Cavaliers

Kyrie Irving a activé le mode Uncle Drew : 40 points à 7/12 du parking, un bonheur pour les yeux !

Il avait déjà planté 38 points lors du match précédent, mais ce n’était pas assez pour mener les siens à la victoire. Il en a finalement claqué 40 le surlendemain, pour repartir cette fois avec la gagne : Kyrie Irving a été infernal.

Pauvre Klay Thompson, lui qu’on louait jusqu’ici pour son magnifique travail défense tout au long des Playoffs. Ce n’est pas comme si ses 6 dernières semaines de travail allaient soudainement disparaître à cause de la performance d’un joueur, mais quel joueur. Et quelle performance. Lors de son retour à Cleveland, Kyrie savait qu’il allait devoir bien plus produire. Faire mieux que ces 43 points en deux rencontres, ce qu’il est capable de faire en une seule et surtout ce dont les Cavs ont pratiquement besoin en un seul. Ses pourcentages n’y étaient pas, sa réussite non plus. Et même s’il était fabuleux lors du match précédent, lorsqu’il en avait claqué 38 et du coup profité pour bien aider LeBron dans son projet de comeback, Irving était mécontent. Il ne pouvait être satisfait, car il avait loupé un stepback crucial dans la dernière minute, terminant les espoirs des siens et plaçant un gros nuage sur sa belle soirée. Il en parlait d’ailleurs après le match de ce finish frustrant, tête baissée, promettant de mieux faire, de mieux jouer. Rester tout aussi agressif, mais bien mieux jouer, pour que cette fois la victoire qui tendait ses bras puisse lui appartenir avec ses potes.

Se rattraper et mieux jouer ? C’est peu dire si Kyrie Irving l’a fait. Ou Uncle Drew, finalement. Difficile de savoir qui portait le numéro 2 des Cavs cette nuit, tant la magie brillait entre ses mains. Un inconnu déguisé en meneur des Cavs ? Peut-être bien. Ou peut-être était-ce simplement un talent exceptionnel, se sentant en pleine forme et sachant très bien qu’il pouvait être encore plus appliqué pour le bien de son équipe. Vous avez dit 0/7 du parking au Game 3, c’est ça ? Va pour un petit 7/12 cette nuit, histoire de fermer les bouches de quelques young bloodz. Refusant d’hésiter sur la moindre de ses initiatives, Irving s’enfermait dans une bulle offensive merveilleuse, qui régalait les spectateurs posés devant le match et plongeait Klay Thompson ainsi que les coéquipiers de l’arrière dans une salle de torture. Impossible à contenir balle en main, surtout lorsque le bonhomme joue hors-rythme. Impossible d’anticiper un floater en tête de raquette, surtout lorsqu’il est pris de la main gauche. Sanctionnant systématiquement le moindre relâchement adverse, Kyrie était peut-être une nouvelle fois borderline en défense mais ce n’est pas ce dont les Cavs avaient besoin cette nuit. Il fallait cavaler, agresser, montrer que le contact ne leur faisait pas peur, et que le meneur s’occupe d’une plus grosse part offensive après les 39 points de LeBron lors du match précédent. Et du démarrage au finish, sans craquer cette fois, Irving était sensationnel.

De 38 à 40 points, en attendant les 42 du prochain match ? Difficile de s’attendre à une performance encore plus impressionnante en terre hostile, mais une chose est sûre : vus les deux derniers morceaux proposés par Kyrie à domicile, il y a moyen que le phénomène nous fasse la même musique à l’Oracle Arena. Et si c’est le cas, attention chers Warriors…

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top