Jazz

Premier look sur Dante Exum : du talent, du potentiel, mais beaucoup de taff au menu !

On avait commencé avec Julius Randle, on a enchainé avec Elfrid Payton : maintenant, c’est Dante Exum qui passe sous la loupe de TrashTalk pour une analyse précise des premières minutes jouées par le phénomène en NBA. Ambiance Acadomia…

Il possède une hype énorme, mais en même temps comment lui en vouloir ? Drafté en 5ème position de la dernière cuvée par le Jazz d’Utah, Exum est ce genre de combo excitant entre un meneur nouvelle génération et un arrière ultra-polyvalent. C’est ce profil, mélangé à des qualités physiques affolantes et des expériences sérieuses en Australie, qui a séduit la franchise de Salt Lake City et l’a convaincu que ce garçon méritait sa place dans le Top 10 des meilleurs espoirs 2014. Seulement, en comparaison avec la majorité des joueurs présents dans ce classement, Exum est probablement celui qui aura besoin de plus de temps pour atteindre son potentiel. Et c’est justement ce point-là que les fans doivent garder en tête, afin de ne pas labelliser trop vite le guépard de joueur pété.

29 minutes sur le terrain, 4 points, 3 rebonds, 2 passes à seulement 1/5 au tir : les chiffres pourraient être décortiqués mais cette analyse va bien au-delà de ça. Lancé pour la première fois dans le grand bain des pros, Dante a exactement montré ce qu’on attendait de lui hier soir face à Portland. De l’énergie, des séquences intéressantes, et des séquences à vomir. Que pouvait-on imaginer d’autre ? Tout le monde n’est pas Kyrie Irving, débarquant en NBA à 19 ans avec une confiance et un bagage technique au-dessus de la moyenne. Chaque joueur a besoin de son propre rythme pour se développer, et certains y arrivent en un an pendant que d’autres demanderont le quintuple. Il suffit de voir l’évolution des Ty Lawson, Jeff Teague et autres Mike Conley pour comprendre qu’un excellent meneur ne devient pas forcément All Star dès sa deuxième saison : c’est plutôt dans ce moule-là que se situe Exum, un jeune homme au potentiel nettement plus élevé que tous ces joueurs cités, mais dont le parcours ressemblera probablement au leur quand on analyse les différentes tendances chez les surdoués.

Revenons-en au match. Sur certaines actions, le kangourou offre de quoi saliver grâce à un premier pas imprenable. Honnêtement ? Il doit y avoir 2 ou 3 hommes capables de tenir son first step vers la ligne de fond. Si Dante arrive à comprendre cet avantage énorme et à l’utiliser dans les années à venir pour aider son équipe, le ciel est la limite. Car de la même façon qu’un Dwyane Wade balle en main dans ses plus jeunes années, Exum est un félin qui peut finir en hauteur, donner la balle à un copain sur une pénétration, ou sanctionner avec des lancers. Mais de la même façon qu’un Boris Diaw pendant des années, le rookie peut détruire son opposant sur une hésitation et une fois qu’il se retrouve sous le panier il panique. Ce killer instinct, cette envie de défoncer l’arceau et imposer sa domination sur son adversaire, c’est ce qu’il faudra développer avec Quin Snyder et compagnie en coulisses, en plus de kilos que prendra le jeune homme en allant à la salle. Le tir extérieur n’est pas dégueulasse, mais il n’est pas sublime non plus.

Par contre, c’est bien en défense que le sourire s’élargit. Le nouveau coach du Jazz avait annoncé la couleur, apparemment il y en a un qui a écouté : le temps de jeu sera très clairement donné à ceux qui se donnent dans leur propre moitié de terrain. Et au tendre âge de 19 ans, Dante Exum est déjà un sacré client dans ce registre. Loin tout de même de Payton ou Smart en terme de fondamentaux, sa vivacité liée à ses qualités physiques supérieures en font déjà un cadenas redoutable. Sur plusieurs séquences durant lesquelles il se retrouvait battu, Dante allongeait son bras ou faisait le rattrapage nécessaire pour contester le tir adverse : sans véritablement transpirer, il peut vous faire péter un plomb à cause de ses segments immenses, sa persévérance et son bon QI basket. Mais comme mentionné précédemment en attaque, le garçon est des fois tête en l’air et loupe des rotations de bases.

C’est le mix que propose Dante Exum aujourd’hui, et il faudra s’y faire dès la présaison. S’il y a de fortes chances pour que les critiques pleuvent à cause de sa position dans la Draft et son statut de joueur international, le bilan est assez simple à dresser : le Jazz n’a peut-être pas gagné la Draft 2014 aujourd’hui, mais il pourrait bien entrer dans la discussion d’ici deux ans quand on voit le potentiel affiché par l’intéressé.

Source image : Twitter / NBA Australia

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top