Spurs

Le Thunder domine San Antonio : pas de panique pour autant côté Spurs

Score final 106-94 pour le Thunder, une victoire qui ne permettra sûrement pas à OKC de titiller les Spurs tout en haut de la Conférence Ouest mais un message envoyé à toute la ligue quand à la capacité de ces joueurs à hausser leur niveau de jeu au bon moment, là justement où le souci se pose depuis plusieurs années.  Le résultat a donc été conforme aux pronostics mais au delà de ça, le Thunder a tenu à prendre le match avec la manière en montrant, notamment défensivement, que les battre cette année n’aurait rien de facile, même pour les Spurs. Vivement les PlayOffs…

On a a cru un long moment que la rencontre d’hier soir entre les 2 meilleures équipes de la Conférence Ouest allait nous offrir l’un des plus beaux duels de la saison. De l’intensité, de l’adresse, tout était rassemblé pour faire taire les sceptiques qui voyaient déjà les Spurs balancer vulgairement le match. Mais cette saison, quand il balance un match, Gregg Popovich a décidé de le balancer proprement… Et face à une équipe historiquement compliquée à jouer pour eux, les Spurs ont tout de même réussi à jouer les yeux dans les yeux avec KD et ses boys, au moins l’espace d’une mi-temps…

Et dès l’entame, malgré l’absence de Manu Ginobili, sur le banc et vêtu d’une veste de costard d’une autre époque, on se dit que pour stopper la série historique des Spurs, les hommes de Scott Brooks vont devoir sortir le grand jeu. Kawhi Leonard et Danny Green envoient le message d’une équipe pas décidée à se laisser faire et Kevin Durant ne trouve pas de solution en attaque, laissant les clés du scoring à un Russell Westbrook tranchant et dont on imagine pas qu’il a pu se faire opérer récemment tellement ses drives sont surpuissants… Les Spurs prennent cependant quasiment 10 longueurs d’avance, derrière les points à l’intérieur d’un Tim Duncan agressif mais un poil gourmand face à la raquette d’OKC.

Les vice-champions en titre gardent le lead jusqu’à la mi-temps, unis en défense sur un KD qui force toujours autant et bien aidés en attaque par un Patty Mills toujours aussi incandescent qui score 10 points en 5 minutes pour mettre les siens au chaud avant la reprise (51-48). On est pas loin à ce moment là du niveau d’un match de finale de conférence…

Au retour des vestiaires, ça repart de plus belle. Invisible en attaque (étonnant), Kendrick Perkins se met en évidence en dévoilant son côté grognon avec Tim Duncan, on voit d’ailleurs très bien sur ces images que Timmy ne mange pas de ce pain là, histoire de classe sociale sans doute… Mais le tournant du match arrive plutôt avec 7 minutes à jouer dans ce 3ème quart. Sur un panier de Kevin Durant, le Thunder va prendre les commandes pour ne plus les lâcher, imposant aux Spurs une défense de fous furieux, grâce notamment à un Serge Ibaka impérial dans les airs et un Nick Collison bumpant tout ce qui bouge sur le parquet, et un rythme en attaque beaucoup trop élevé pour un équipe à bout de souffle après un mois de mars de folie, en back-to-back de surcroît. KD commence à monter au dunk sans vraiment d’opposition, Russell Westbrook continue de massacrer le cercle et Reggie Jackson prouve une nouvelle fois qu’il aime tout particulièrement jouer les Spurs depuis 2 ans (14 points à 6/8 pour lui). En face, ce qu’on redoutait (ou pas) commence à se faire ressentir, à savoir des Texans littéralement carbos sur leur repli défensif et ne trouvant pas la solution en attaque, à l’image d’un Marco Belinelli complètement à côté de la plaque hier soir (8 points à 3/10 et 4 turnovers) ou d’un Boris Diaw beaucoup moins serein qu’à l’accoutumée (4 ballons perdus lui-aussi, soit autant que dans toute sa saison…).

Le dernier quart ressemble davantage à un long calvaire pour les Spurs, malgré un dernier coup de chaud de Patty Mills (21 points pour lui au final). La seule attraction de cette fin de match résidera en fait à attendre que Kevin Durant atteigne (difficilement) la barre des 25 points, lui qui n’est plus maintenant qu’à 1 match du record de Sa Majesté Jordan.

Côté statistiques, Russel Westrbrook termine avec 27 points et 6 passes alors que KD poursuit sa série victorieuse avec 28 unités au compteur. Serge Ibaka finit à 11 points, 12 rebonds et 3 blocks. Match raté pour Tony Parker avec seulement 6 points à 3/10. Tim Duncan termine la rencontre avec 17 points et 8 rebonds, mais à 5/15 seulement, gêné toute la soirée par les bras à rallonge de l’Espagnol.

Pour les Spurs, il s’agira maintenant de réussir habilement à jongler entre un turnover judicieux et une fin de saison tout de même compliquée (Memphis, Dallas, Phoenix et Houston au programme) alors que le Thunder tentera un dernier run pour la première place en jouant Houston, Phoenix, Sacramento, New Orleans et les Clippers la semaine prochaine.

Avec cette victoire importante et méritée, le Thunder a ainsi prouvé qu’il était au niveau requis pour un candidat au titre alors que les Spurs s’enlèvent la pression de leur série de victoire et paraissent du coup plus humains, de bonne augure avant les PlayOffs. On a hâte en tout cas de voir ces 2 équipes se retrouver dans un mois et demi, pour peu qu’elles se sortent chacune du bourbier qu’est cette Conférence Ouest cette saison.

image: hiphopsince1987.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top