Knicks

Une grande gueule, des muscles, Anthony Mason, Knicks des 90s

En 1995, Anthony Mason est élu meilleur sixième homme de la ligue. Le point culminant de la carrière de ce joueur emblème de la génération 90s des New York Knicks, dont il porte le maillot de 1991 à 1996 (note à Mike W: montrer des vidéos de Mason à ses joueurs), avant d’être envoyé à Charlotte dans le cadre du trade de Larry Johnson.

Chouchou du public du Madison Square Garden, Mason a galéré pour faire son trou en NBA. Drafté par les Blazers en 1988 (53ème rang), il est coupé avant le début de la saison. S’en suivent des aventures plus ou moins longues en Turquie, au Vénézuela, en D-League, en CBA et en NBA. Jusqu’à l’été 1991 où les Knicks parient sur ce beau bébé (2m01 pour 125kg). Trop rapide pour les intérieurs et beaucoup trop costaud pour les ailiers adverses, il brille en sortie de banc. Car malgré son gabarit, il possède de très bonnes mains et une excellente vision du jeu. Il complète parfaitement la doublette Ewing-Oakley dans la raquette new-yorkaise. Son signe distinctif? Il se rase les cheveux en laissant des messages personnels dans ses coiffures : « B-Boys makin’ with the freak break »  (suite à une apparition dans un clip des Beasty Boyz), « I got my hair cut correct like Anthony Mason » ou « One hand » (il tirait ses lancers francs d’une seule main).

Il connait sa meilleure saison statistique lors de son premier exercice avec les Hornets en 1996, en apportant 16,2 points, 11,4 rebonds et 5,7 passes. Il sera même All Star en 2001, lorsqu’il retrouve Pat Riley (son ancien coach aux Knicks) à Miami.

Bon anniversaire à lui pour ses 47 ans aujourd’hui.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top