Knicks

Un peu de Cognac en dessert ? J.R. Smith garantit un titre aux Knicks cette saison

Pour ceux qui s’inquiétaient de l’état de santé de ce bon vieux Gérard, sachez que tout va bien. La diva des Knicks (sorry Melo) nous a sorti son dernier single hier en direct de New York, en affirmant que son équipe finirait avec un titre cette saison.

C’est à Chelsea Piers, sorte d’accumulation d’embarcadères dans l’Ouest de Manhattan, que l’arrière a répondu à une série de questions de façon très ouverte, pendant qu’il s’occupait de pauvres enfants jouant au golf, inconscients du danger dans lequel ils se trouvaient en traînant avec un tel casier judiciaire. Du coup, lorsqu’on lui a gentiment demandé à quel point il était sûr que ses Knicks enfileraient une bague en Novembre 2014, la réponse a été nette et simple…

“J’en suis sûr à 100%.”

Entre trois fioles de Jack et un shot de Zubrowka, il en a d’ailleurs profité pour rappeler pourquoi ses valises avaient finalement atterri chez les orange et bleu, au lieu du noir et bleu foncé que les Nets portaient à l’époque de New Jersey. Et bien évidemment, en prenant compte des récentes altercations avec Paul Pierce qui a déclaré son équipe comme étant le nouveau roi de la Grosse Pomme, J.R n’y est pas allé de main morte.

“Les Nets n’étaient pas bons à l’époque. D’ailleurs ils ne le sont toujours pas.’’

Point, sauter à la ligne ! C’est ce qu’on appelle faire preuve de finesse. Après avoir donc vendu du rêve dans le domaine de la vanne de bas-plateau, Smith s’est nettement plus concentré pour tenter d’expliquer ce qui pouvait alimenter une telle motivation.

“Je le sens bien, les gens nous avaient dit qu’on n’y arriverait pas l’an passé avant même que la saison ne commence. Maintenant on a ajouté de bons joueurs, même si on a dû en quitter quelques uns, et Andrea (Bargnani), Beno (Udrih) et Metta (World Peace) vont nous aider à jouer comme nous l’avons fait lors de nos 20 premiers matchs. On ne peut pas se permettre d’avoir de creux en plein milieu de saison, on doit jouer de la même façon du début à la fin.”

C’est donc dans un climat idéal que les troupes de Carmelo Anthony aborderont cette nouvelle saison, avec un italien malade, un alcoolique chronique, et un demi-coach à sa tête. Pas de doute, la conquête du titre est sur de bons rails. Des rails de train, n’est-ce pas J.R. ?

Source : NY Post

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top