L’histoire de la Basketball Association of America (BAA)

Dans la seconde moitié des années quarante, les propriétaires d’enceintes sportives se posent une question : comment maximiser les revenus de leurs salles en proposant de nouveaux divertissements lorsque les équipes qu’ils abritent – principalement du hockey – ne jouent pas ? En jetant un oeil sur ce qu’il se fait en dehors des grandes villes qu’ils squattent, ils se rendent compte que la National Basketball League tire son épingle du jeu et que la balle orange fait son trou. Bingo, c’est là que le business se trouve. Ils se réunissent donc sous l’impulsion de Walter Brown – boss du Boston Garden – le 6 juin 1946. Entre deux clopes et un café dans un hôtel new-yorkais, ils mettent en place une nouvelle ligue professionnelle, la Basketball Association of America. 150 joueurs pour 11 équipes réparties dans 2 divisions, avec comme commissionnaire Maurice Podoloff, déjà boss de la NHL.

Equipes d’origine

  • Est : Boston Celtics, New York Knicks, Philadelphia Warriors, Providence Steamrollers, Toronto Huskies, Washington Capitols
  • Ouest : Chicago Stags, Cleveland Rebels, Detroit Falcons, ST. Louis Bombers, Pittsburg Ironmen

Certains blazes vous sont familiers ? Normal, la Basketball Association of America est l’ancêtre de la NBA. Contrairement à sa concurrente – la NBL – la BAA harmonise rapidement son calendrier et ses règles. Chaque équipe dispute 60 matchs composés de quatre quart-temps de douze minutes. 

Cette organisation est loin d’être la seule différence entre les deux ligues. La NBL est intégrée et se joue plutôt dans des petits marchés. La BAA ne comporte que des joueurs blancs et les franchises évoluent dans les grandes villes. La Basketball Association of America est d’ailleurs la première tentative de ligue professionnelle de basketball s’attaquant aux gros marchés. En effet, les propriétaires ne sont pas emballés par les petites équipes de la ligue concurrente et leurs salles vétustes, ils visent bien plus grand. 

Alors c’est bien beau d’être ambitieux et de jouer les snobs, mais ça serait mieux en ayant quelques connaissances au sujet de la balle orange. Ça aurait permis par exemple d’attirer de meilleurs joueurs et d’éviter les galères comme les parquets glissant posé par dessus la patinoire qui cause des annulations de match. Peu importe, malgré des affluences moyennes qui peuvent paraître dérisoires devant nos standards actuels – 3000 personnes – le public y trouve son compte en pouvant suivre les stars universitaires une fois leur cursus bouclé. 

Cependant, la cohabitation entre la National Basketball League et la Basketball Association of America ne peut pas durer éternellement, certaines franchises mettant la clef sous la porte faute de revenus suffisants. Nouvelle bouffe entre proprios, dans la cuisine de Fred Zollner, le boss des Pistons. On arrête les conneries, on trouve un terrain d’entente et on avance. En créant la NBA en 1949, fusion entre NBL et BAA. Enfin, une expansion de la BAA plutôt, en absorbant quelques équipes de la ligue concurrente qui , quant à elle, est aussitôt rayée des livres d’histoires. Pendant que la BAA est aujourd’hui encore célébrée comme l’ancêtre de la NBA.

Palmarès de la Basketball Association of America (avant la bascule NBA)

  • 1946-47 : Philadelphia Warriors 4-1 Chicago Stags
  • 1947-48 : Baltimore Bullets 4-2 Philadelphia Warriors
  • 1948-49 : Minneapolis Lakers 4-2 Washington Capitols

Révise ton alphabet et deviens bilingue en trashtalking avec le Lexique du TrashTalker

Liens utiles dans le lexique :


To Top