La règle du challenge en NBA

L’arme préférée de Gregg Popovich, tout simplement. Cette règle appréciée de tous les coachs permet de contester une décision sifflée par les arbitres par un appel à l’arbitrage vidéo. Bon LeBron, Luka, calmez-vous, seuls les coachs sont autorisés à le faire sans prendre de technique, enfin… s’ils ne gueulent pas. Introduite lors de la saison 2019-20, cette règle est très souvent appliquée et peut faire basculer le cours d’un match. Attention, il ne faut pas oublier que les entraîneurs n’ont le droit qu’à un challenge par match, donc il faut faire attention à bien l’utiliser, et celui-ci peut s’appliquer en cas de goaltending sifflé, de sortie de balle pour savoir à quelle équipe la possession doit être rendue ou sur une faute évidemment. Lorsque les coachs l’utilisent, alors ils utilisent systématiquement un temps-mort, c’est donc toute une gestion que d’utiliser cet avantage.

Un exemple de challenge qui a complètement changé un match ? Hmm, on a un exemple qui sort de la NBA puisqu’il s’agit de la demi-finale de 3×3 féminin aux JO de Tokyo, lors de la rencontre entre la France et les États-Unis. Les deux équipes se tiennent et il reste 50 secondes à jouer, il y a 16-16, et l’arbitre siffle une sortie de balle en faveur des Américaines. Persuadées que la possession devrait leur revenir, les Bleues réclament la vérification vidéo, et si tout spectateur voit clairement que la joueuse de Team USA touche la balle en dernier, la possession est rendue à… Team USA, et la suite on la connaît, les ricaines s’imposeront 18-16. Comme quoi, dans le bon comme dans le mauvais sens, un challenge peut vraiment faire tourner le cours d’un match, et dans le money time, il est ô combien précieux en cas de décision litigieuse de l’arbitre.

Révise ton alphabet et deviens bilingue en trashtalking avec le Lexique du TrashTalker

Liens utiles dans le lexique :

Source image : NBA League Pass


To Top