News NBA

Un leak dévoile les potentiels maillots Heritage Edition : de New York à… Seattle, tout le monde se fait beau pour les 75 ans de la NBA

maillots Heritage Edition 1 juin 2021

à vous de nous dire votre préféré !

Source image : Twitter/@AllEyezOnDemar

On n’écoute pas les « à ce qu’il parait », les « on-m’a-dit » encore moins mais là, on a vraiment envie de les écouter et d’y croire. Il y a des rumeurs comme quoi pour fêter ses 75 ans, la NBA sortirait une nouvelle dinguerie pour les maillots, encore avec le bon poto Nike.

Un anniversaire c’est quoi ? Réponse A : Un caribou ? Réponse B : Une célébration du passé et du présent avec une petite vision sur l’avenir. Réponse C : Une spécialité culinaire du Poitou-Charentes. BIP ! Notre ultime bafouille c’est la réponse B, et nos amis de la NBA sont bien d’accord. Une collection de 31 maillots (oui vous avez bien lu : 31, pas 30) pourrait sortir pour la saison prochaine. Ils sont honnêtement tous très sympathiques, il n’y a pas de 2003-04 Mavericks ne vous en faites pas. Nous ne savons pas si ce sont les vrais dossiers de la NBA qui auraient fuité comme un album de Ninho ou s’il s’agit simplement d’un projet de fan (un fan qui a pas mal de temps et de talent si c’est le cas). On va donc commencer par la liste des maillots très cools mais qui, en soit, ne révolutionnent pas la garde-robe existante. Il y a des jerseys que l’on a déjà vu ou presque : les Celtics (toujours le même les gars), Cleveland, Dallas, Golden State, Indiana, Memphis, Milwaukee, Minnesota, Oklahoma City, Orlando et San Antonio. Puis, il y a ceux que l’on a déjà vu mais avec une touche différente sur le côté des maillots : Charlotte (avec du racing sur le côté comme il y avait pu y avoir à l’époque des Bobcats avec Ajinca), les Lakers, les Blazers et les Kings. Nous simplifions la chose mais les maillots sont bien plus travaillés et ils ont tous des petites références, des hommages à des moments historiques, afin de créer une vraie harmonie des époques. C’est pas beau ça ?

On passe maintenant à ceux qui nous tapent à l’œil ! On commence par Atlanta. Alors non, ils ne sont pas partis sur le maillot avec un gros faucon au milieu, ils ont opté pour un maillot style Dominique Wilkins’ era. Les fans old school apprécieront. On enchaîne avec les Nets qui mélangent leurs époques : mode New Jersey, le bleu blanc rouge (allez ça), ils reprennent des courbes et des formes des années 70 et 80, des écritures des années 90, il ne manque plus que la version décolorée ressortie cette année, un hommage à Jared Dudley et on est bon ! Place aux Chicago Bulls qui nous régalent avec ces rayures verticales comme ils avaient déjà fait à l’époque de Michael Jordan Toni Kukoc, mais multipliées cette fois. Il y a également la belle écriture de Chicago développée dans les années 70 et 80. On y retrouve donc le rouge et noir classique de Stendhal Windy City avec sa très belle touche de bleu qui revient ces dernières années sous le règne de Nike. Au tour des Nuggets qui, eux, voient les choses en grand. Mélange très osé pour Denver qui paiera sûrement avec des touches multicolores au centre des années 80 à 95 (les English, Mutombo etc.), entourées de blanc et des couleurs du début des années 70, avec une écriture de la fin des années 70 ! Bravo aux responsables des archives du Colorado parce que là, le mélange est très complexe, mais on aime ça. Boum, on retourne à l’Est avec le maillot des Pistons, qui ont littéralement lâché les chevaux. Retour du mustang/cheval/bronco/poney dans le Michigan de l’époque Grant Hill fin des 90’s. « Houston, on a zéro problème, ça déchire votre maillot ! », l’ancien logo avec le ballon et la fusée/requin revient d’entre les morts sur le short. Pour le reste, c’est retour des rayures, époque Hakeem Olajuwon (après ses deux titres lol), du rouge classique de Clutch City et le yellow-comeback les amis ! Alors que les Lakers restent sur un format plutôt classique, les Clippers ont pondu un truc ! Grosse rayure en diagonale, celle du temps des Braves de Buffalo (1970-78, maintenant LAC), aux couleurs du rouge actuel et du bleu de l’époque des San Diego Clippers (1978-84). Eh bah si d’habitude on se plaint de la répétition, du côté monotone de certains maillots, Steve Ballmer et sa clique pourraient taper très fort. C’était obligé que Miami nous lâche quelque chose à la hauteur de ces quatre dernières années. Ils nous ont régalé comme jamais avec les maillots Vice aux couleurs captivantes. Ils ressortent cette fois le modèle Floridian Black (quand un certain Shaquille O’Neal était de passage) mais avec des bandes affinées et surtout aux couleurs Vice rose et bleu ! Mélange simple et pourtant tellement esthétique, on veut bien voir Udonis Haslem là-dedans. On fait des va-et-vient entre l’Est et l’Ouest, du coup on va à gauche, mais qui n’est pas tant que ça à gauche : New Orleans. NOLA version Hornets, ça donne des rayures/bandes verticales et un coloris version « Mardi Gras » (qui n’avait pas été un franc succès), on espère que cette fois l’avant et l’arrière auront la même couleur. S’agissant des Knicks, retour au col et aux manches avec les carreaux des années 50, et le reste du maillot aux couleurs classiques : bleu et orange. Le changement n’est pas gigantesque, mais bon, il faut toujours célébrer le futur maillot du maire de Big Apple, Julius Randle. On reste à l’Est et on grimpe à la première place de la Conférence cette saison : Philadelphie. Ils nous ressortent une tentative des années 91 à 94, remise au goût du jour évidemment (comme le reste des maillots), peut-être qu’il affolera les ventes si Ben Simmons commence à mettre des trois là-dedans. Allez, on reprend l’avion et on se tape pas mal de route puisqu’on va dans le désert d’Arizona retrouver l’équipe de Cameron Payne (vous voyez quelqu’un d’autre ?). Les Cactus retournent vers les belles années 90, quand Charles Barkley remplissait un maillot (ou deux) de cette équipe. Le petit ballon-soleil avec à la place de l’écriture « Suns », le nom « Phoenix » écrit comme entre le début de sa création (1968) et son renouveau vestimentaire en 1992. Ils se font aussi plaisir au niveau du short mais on vous laisse apprécier. On change carrément de pays, non on ne va plus à Tampa Bay, mais bien à Toronto où ils ont misé sur des valeurs sûres mais pas trop simples non plus. On y retourne en mode vintage avec un bon gros vélociraptor qui dribble comme Kendrick Perkins mais qui a quand même la classe, les couleurs de mauve et une petite rayure au milieu, pour changer des multiples rayures du début de la franchise. On s’attendait à ça The North, mais ça nous donne quand même envie d’acheter et de floquer Carter. West Coast Till’ I Die ! On va donc dans l’Utah (oui c’est vrai que c’était plus pratique géographiquement de faire Phoenix -> Utah -> Toronto, mais bon on se balade c’est sympa). Sûrement un des plus réussis, un des plus cold. On démarre déjà par la fierté de voir que le maillot est présenté avec le numéro de Rudy, déjà ça commence très bien, ensuite on peut voir typiquement un super mélange de deux époques. La première c’est quand le Jazz régnait (désolé y’avait un mec qui s’appelle Michel Jordan ou quelque chose comme ça) dominait la ligue avec le duo Stockton-Malone, où des maillots violets, bleu ciel et blanc avec des motifs de montagne avaient fait des ravages et sont même revenus ces dernières années : on adore le vintage !!! Puis le mélange des motifs revenus cette année par exemple pour le city edition, d’un dégradé en bandes horizontales sur le haut du maillot. Ce jersey final serait donc l’ultime combo de couleurs mauve, bleu ciel et blanc sur le dégradé et d’une montagne sur le côté du short : MASTERCLASS. On finit par la capitale : les Wizards, qui n’y vont pas de main morte sur l’aspect rétro mais novateur. Retour des bandes de l’époque des Bullets de Baltimore, aux couleurs bleues, rouges et blanches de cette même époque, mais avec un petit tournant (lol) cette fois pour la bande. Petit plus que l’on connaît déjà sur certains maillots ces dernières années, ce sont les étoiles sur le côté.

On finit avec le détail qui tue : il y a bien 31 maillots et non 30 sur ce leak. Pourquoi ? Pour laisser une petite place à un jersey des SUPERSONICS ! Ce maillot est un mélange des motifs et des formes de 2001 à 2008 et des couleurs de 1995 à 2001. La franchise de Seattle, qui a été délocalisée avec Kevin Durant pour construire le Thunder d’Oklahoma City, est mythique et reste encore largement appréciée par les fans. De quoi motiver la NBA à proposer de nouveaux maillots à la vente ? Certains y verront peut-être l’espoir d’un retour prochain à Seattle mais on ne s’avancera pas de ce côté-là.

On est donc sûr de rien, mais rien de rien, on ne peut qu’espérer que ces magnifiques maillots se feront, pour le bien des fans, des joueurs, des franchises, de la NBA, de la mode, et des « tu veux quoi pour Noël ? ». Si la NBA fait ça pour son 75ème anniversaire, on lui souhaitera avec grand plaisir puisque ces uniformes respectent l’histoire de ces franchises et sont un bel hommage à leur héritage. Allez, on croise les doigts.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



To Top