News NBA

Avis de la rédaction, dernière ligne droite : la franchise qui va chier sa fin de saison est…

Trainspotting

On n’est pas medium, mais dans le doute, sortez l’Imodium.

Source : Trainspotting

En début d’année, toutes les franchises ou presque rêvent de jouer le haut du classement. Si certaines équipes sont en galère et ont maintenant les yeux rivés sur la draft plutôt que sur la bague, d’autres vont viser les sommets… et se faire dessus La saison est maintenant bien avancée, il reste une trentaine de matchs à jouer, l’occasion pour la rédac de vous sélectionner les équipes qu’elle voit finir leur calendrier en toute mocheté.

GIOVANNI

Les Nets : Je le disais déjà en début de saison et quatre mois plus tard rien n’a bougé. Mon pronostic ? Les Nets vont lâcher une fin de régulière cradingue, entre blessures, dissensions et matchs ratés, et ils vont laisser le Magic leur piquer la septième place à l’Est. Possible même que les Wizards, ou les Bulls soyons fous, reviennent leur souffler dans la nuque au dernier moment, mais pour moi cette saison c’est la huitième place qui se profile pour Brooklyn, avec comme punition une grosse baffe dans la gueule de la part des Bucks. Un leader contesté et contestataire, un KD qui se ronge les ongles sur le banc et qui doit se demander s’il a fait le bon choix alors qu’il n’a pas encore joué avec sa nouvelle équipe, une raclée qui se profile en Playoffs après une saison très moyenne, la saison 2019-20 ne devrait selon moi pas rester dans les annales de la franchise new-yorkaise. La bonne humeur de la saison passée est déjà bien loin, en espérant que la simple présence de Durant pour la prochaine enlève un peu de pression à Kyrie Irving, et pour les résultats ça devrait suivre… mais après une très longue pause estivale du coup.

BEN

Les Grizzlies : Ce que font les Oursons depuis le début de la saison est incroyable. Avoir deux victoires d’avance sur un bilan équilibré après le All-Star Break, le tout avec un effectif aussi jeune et inexpérimenté, mériterait de se terminer par un voyage en Playoffs même si c’est pour se prendre un sweep contre les leaders de la Conférence. Ja Morant fait déjà partie des stars de la Ligue et JV a tout de suite su trouver sa place tandis que Dillon Brooks et Jaren Jackson Jr. continuent leur évolution perceptible à l’œil nu. Malheureusement le marathon n’est pas terminé et on dit souvent que les derniers kilomètres sont les plus durs. Avec 20 de leur 28 derniers matchs face à des équipes actuellement playoffables ainsi que deux double confrontations avec les Blazers et les Pelicans, leurs principaux poursuivants au classement avec les Spurs, le programme risque d’être fatal aux hommes de Taylor Jenkins. Il fallait en choisir un, pour moi ce seront malheureusement les Grizzlies…

NICO

Les Pacers : les Pacers font partie des beaux collectifs de la NBA et représentent une équipe globalement solide, mais on a vu les difficultés qui ont accompagné le retour de la star Victor Oladipo avant la trêve du All-Star Weekend. Une série de six défaites de suite, ça fait mal et Indiana est désormais au dernier spot du Top 6 à l’Est, avec deux matchs de retard sur Philly. Vu à quel point leurs poursuivants de Brooklyn sont loin, les hommes de Nate McMillan ne vont pas chuter plus bas au classement mais je pense qu’ils vont continuer à avoir des difficultés pour trouver leur équilibre avec Oladipo, qui galère pas mal depuis son retour sur les parquets. Selon moi, Indy va terminer la saison régulière avec des hauts et des bas, sans vraiment trouver une vraie régularité. Bref, pas vraiment la forme optimale pour arriver en Playoffs avec de la confiance.

BASTIEN

Les Pistons : Alors, je sais que ce n’est pas très difficile à envisager comme « surprise », mais je vais prendre un petit pari. Les Pistons pourraient réaliser un record de défaites consécutives sur cette fin de saison, jusqu’à avoir le pire bilan de toute la NBA. Effectif décimé, ça c’est assez facile à voir. Mais le calendrier…? Detroit avait déjà, en août dernier, la perspective d’une fin de saison hardcore même en ayant son effectif initial au complet. Maintenant que l’équipe Z est envoyée, attention aux dégâts… Malgré des copains sympas comme Christian Wood, Sekou et compagnie, je veux bien me poser tout de suite devant la mauvaise surprise suivante : les Pistons remporteront 2 de leurs 25 derniers matchs. Si on a droit à un peu de jeu de la part des Cavs avec un nouveau coach, le retour de Curry à Golden State, les débuts de la paire Towns – Russell et le développement des jeunes à Atlanta ou New York, voir les Pistons avec le pire bilan de toute la NBA et le 1er choix de Draft par la suite ne m’étonnerait pas du tout. Et ça, à l’heure actuelle, c’est une mauvaise surprise.

ALEX

Les Spurs : Oui, les Spurs peuvent se planter… En début de saison, je n’aurais jamais cru écrire cela mais les Texans sont réellement moches à regarder jouer et tellement peu efficaces…C’est une première sous l’ère Popovich et ça ne fait pas plaisir à voir pour ce monument du coaching qui pourrait se retrouver avec sa première saison sans Playoffs après 22 participations consécutives. Mathématiquement, les Spurs sont encore largement à portée des Grizzlies mais dans le jeu, ils semblent très loin… Et dans cette lutte à trois voire quatre ou cinq équipes qui s’annonce féroce, j’ai du mal à voir San Antonio tirer son épingle du jeu. D’autant plus que si le Thunder ne déconne pas, il n’y aura donc plus qu’une seule place à gratter pour jouer après la mi-avril. Ce n’est pas impossible pour les Spurs mais cela parait très compliqué. Il va leur falloir se faire violence en défense, un LaMarcus Aldridge plus incisif, un ou deux jeunes qui step-up (hein Dejounte…). Pas gagné…

LOUIS

Les Sixers : Alors évidemment je ne parle pas de se planter et de finir derrière le Magic. Mais l’objectif du début de saison était un Top 2 minimum… ils sont cinquièmes pour l’instant… et je pense que ça ne changera pas. On verra les mouvements depuis la deadline mais la régularité de toutes les équipes devant ne permettra pas à celle du Process d’avoir l’avantage du terrain au premier tour des Playoffs. Les Bucks sont évidemment intouchables, les Raptors sont loin et trop réguliers (surtout en 2020), les Celtics le sont aussi et prennent même des énormes matchs disputés (les Clippers). Reste le Heat qui pourrait se faire chiper la place mais avec la détermination de Butler, la saison de porc de Bam et tout le reste de l’effectif, long, talentueux, expérimenté à plusieurs niveaux et les ajouts d’il y a deux semaines, ça semble plutôt bien parti pour rester dans le top 4 à l’Est. Attention à la déception à Philadelphie parce que se farcir l’une de ces quatre équipes au premier tour des Playoffs sans avantage du terrain ne sera pas un cadeau. Et on ne parle même pas de la demi-finale de conf’.

JULIEN

Les Pacers : Qu’on soit bien d’accord, les coéquipiers de Victor Oladipo iront en Playoffs sans trop de soucis et resteront peut-être même à leur sixième place actuelle. Je les vois mal dégringoler quand on regarde le niveau des équipes dans le rétro, mais je les vois encore moins se mettre en ordre de marche et arracher l’avantage du terrain pourtant seulement à trois matchs et demi. L’équipe bafouille son basket, Sabonis est au niveau et a passé un cap cette année mais n’arrive pas à entraîner Turner qui semble pour sa part stagner. Oladipo a besoin de temps pour retrouver ses sensations et tous les Brogdon, Lamb et Warren doivent s’adapter au chouchou local. Je les vois donc passer le reste de la saison régulière le cul entre deux chaises à leur sixième place actuelle en étant assez solides pour prendre les matchs contre les plus faibles mais être trop courts contre les grosses écuries de l’Est.

JEREMY

Les Spurs : Ah, les Éperons, cette équipe raffinée où il fait bon jouer et où le ballon tourne avec élégance. Bah c’est terminé. L’année dernière, le Rodeo Road Trip était assez honteux, mais San Antonio s’était relancé avec un excellent mois de mars ? Cette saison, le cauchemar n’a pas l’air prêt de s’arrêter. L’équipe a construit une image d’élite et de régularité ? Le jeu est maintenant poussif et vraiment triste à regarder. La franchise devrait pouvoir se reposer sur Aldridge et DeRozan pour cadrer de jeunes talents ? Si le second fait le taf, le premier est bien claqué. Et si les jeunes talents continuent d’être prometteur, leur plafond est incertain et on aimerait voir un peu plus de Lonnie Walker. Bref, pour une franchise habituée aux Playoffs depuis 1492, le constat sur l’exercice 2020 est rude. La concurrence est relevée avec des équipes qui ont juste l’air de mieux jouer, ça choke dans tous les sens, Popovich galère à coacher, et le record d’années consécutives en Playoffs risque de ne pas tomber (22 à ce jour pour les Spurs ET les Sixers).

Des franchises pourtant prometteuse pourraient bien décevoir jusqu’au mois d’avril, et les objectifs respectifs pourraient être difficiles à tenir. Sortie de Playoffs ou classement insuffisant, pour certains la régulière risque de se terminer tristement. On vous a donné notre avis sur la question, et vous, vous voyez quelle franchise se faire dessus en fin de saison ?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top