Lifestyle

Les bonnes affaires à la sauce Nike : l’histoire d’un Swoosh qui coûtait trente-cinq dollars

Nike Swoosh
Source image : Wikipedia, montage TrashTalk

Quand on évoque Nike, on pense rarement à des petits prix. Pourtant, il est toujours possible de faire des affaires en ayant activé le mode fouineur. Au point de réussir un braquage à la hauteur des dirigeants de la firme à la virgule ? On vous laisse juger en comparant par exemple le gain lors de l’utilisation de promo et code réduction Nike par rapport à la somme versée par la boite pour acquérir ce fameux logo justement.

Vous ne le savez peut-être pas, mais Nike s’appelait à l’origine Blue Ribbon Sports. C’est Jeff Johnson, premier employé de la marque, qui a proposé de changer le nom pour celui de la déesse Niké, personnifiant la victoire dans la mythologie grecque. On ne va pas refaire l’histoire de Pallas et de Styx, mais la représentation de la divinité a clairement un impact sur l’image de la firme de l’Oregon. Bien entendu, le fait qu’elle symbolise la victoire est tout sauf une coïncidence et Nike s’appuie clairement sur cette symbolique.

Vous avez dit Swoosh ?

Par contre ce qui nous intéresse aujourd’hui, c’est en quoi Niké est présente sur nos pompes. Non, ce n’est pas via la bulle d’air ou une quelconque avancée technologique offerte par la marque à la virgule que la déesse nous accompagne, mais bien via le Swoosh. En effet, le célèbre logo qu’on compare donc à une virgule inversée est issu des crayons de Carolyn Davidson. Ce nom ne vous évoque peut-être pas grand-chose, mais c’est elle, étudiante en graphisme à l’Université de Portland, qui a donné un sacré coup de pouce à Phil Knight alors qu’elle cherchait à arrondir ses fins de mois. Le futur fondateur de Nike bosse avec elles sur certains projets moyennant deux dollars de l’heure en 1969.
Deux ans plus tard, alors que la marque vient d’être créée, Knight refait appel aux services de la jeune femme pour créer rapidement un logo, n’ayant pas les moyens de se payer une agence de communication pour ce taf. Trente-cinq dollars plus tard, le Swoosh qui représente une des ailes de la déesse Niké appartient à Nike.

Plutôt rentable comme affaire, du moins pour Knight et compagnie. Quelques années plus tard, Davidson se verra offrir un petit bonus supplémentaire comprenant une enveloppe avec plusieurs actions de la marque ainsi qu’une bague en or sertie de diamant à l’effigie du logo. Un petit cadeau sympathique, même si on conçoit qu’il ne soit pas très discret ou facile à porter.

Alors certes, avec la compensation postérieure donnée à Carolyn Davidson, le Swoosh est une moins bonne affaire qu’à l’origine. mais nul doute que Nike s’en est tout de même très bien sorti, comme lorsqu’ils ont misé – à une échelle bien différente – sur un certain Michael Jordan à sa sortie de North Carolina. Ou tout simplement quand Bill Bowerman et Phill Knight ont fondé la marque avec 600$ chacun. A votre tour de jouer en misant aussi sur les bons coups à réaliser, comme en cherchant sur Poulpeo où il est facile d’avoir des réductions. Allez, un petit effort, on vous a déjà bien mâché le travail.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top