Kings

Les Kings tentent de refourguer Rudy Gay au plus offrant : gens trop sérieux s’abstenir, on veut des barres

La free agency des Kings est pour le moment parmi les plus sages de la Ligue et c’est d’ailleurs assez rare pour être souligné. Garrett Temple, Matt Barnes, Anthony Tolliver, Arron Afflalo… Que du joueur solide à défaut d’être vraiment exceptionnel, du sérieux en somme pour continuer à bosser dans le calme. Et pour garder ce calme apparent, le front office se verrait bien envoyer Rudy Gay jouer l’iso loin de la Californie…

Avec Kosta Koufos et cet escroc de Ben McLemore, Rudy Gay fait désormais partie des joueurs dont le management des Kings aimerait se débarrasser au plus vite. Ceci consécutif à un désir apparent du joueur d’aller voir ailleurs, ce qui arrangerait du coup tout le monde tant les deux parties ne semblent plus sur la même longueur d’ondes… Via un trade, via colissimo ou via cigogne peu importe, mais « not that guy » ne semble pas faire partie des plans de Dave Joerger. Peu étonnant finalement pour un joueur qui tourne peut-être à plus de 18 points par match depuis sa draft en 2006 mais qui n’a jamais été foutu de faire gagner l’équipe pour laquelle il évoluait. Champion du monde en 2014 avec  Team USA pour ce qui représente peut-être le seul succès collectif de sa vie depuis une victoire aux interclasses d’athlétisme lorsqu’il avait 8 ans, Roudi pourrait donc visiter une quatrième franchise après Memphis, Toronto et Sacramento. Mais pour aller où ?

Parmi les franchises avec encore un peu de thunes, les Sixers, les Nuggets, les Bucks, les Wolves et les Suns sont celles qui semblent les plus à même de récupérer un contrat d’envergure comme celui de Gay (13 millions garantis la saison prochaine). Si le Wisconsin semble bouché au niveau du roster, les quatre autres franchises sus-citées pourraient par contre très bien accueillir notre bolosse du jour et ses 20 tirs par match à 35% de réussite. Reste à voir maintenant à quel prix et contre quoi, reste à savoir qui osera tenter le pari avec cette antithèse du joueur facile à coacher. Reste aussi à savoir si les Kings arriveront à refourguer la bête, puisque l’on rappelle que Rudy est à ce jour un joueur de Sacto et que, de la même façon que pour Ben McLemore, pas sûr que la moindre franchise avec un peu de cerveau se risque à récupérer un joueur aussi doué offensivement qu’instable lorsqu’il a le ballon dans les mains.

On reste en tout cas connecté pour savoir si oui ou non Dave Joerger arrivera à se débarrasser de l’un de ses boulets et, le cas échéant, où son canon pourrait bien l’envoyer. Nous on s’en fout, on veut juste continuer à prendre les paris sur son nombre de tirs tous les soirs. Va ou tu veux mon pote, mais surtout reste dans le coin.

Source texte : espn.com

Source image : bleacherreport – Kevin Jairaj / USA TODAY Sports

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top