Warriors

Les Warriors chutent lourdement à Detroit malgré un effectif au complet : 95-113, et aucune excuse en stock

La cérémonie de retrait du maillot de Ben Wallace à la mi-temps du match n’a pas semblé déstabiliser les Pistons qui ont passé une petite fessée aux champions en titre devant une partie de l’effectif de Detroit sacré en 2004. Une belle soirée pour les fans du Michigan en résumé.

Après un premier quart globalement serré remporté par les Warriors sur le score de 30 à 27, la second unit de Detroit a pris les choses en main lors des douze minutes suivantes à l’image d’un Aron Baynes inarrêtable sous le cercle avec 12 points et 4 rebonds à 6/6 au tir en 10 petites minutes, tout ça avant la mi-temps donc. Il faut dire que le pivot titulaire, Andre Drummond, n’est pas vraiment dedans contrairement au reste de ses coéquipiers, terminant difficilement à 14 points à 6/20 mais encore 21 rebonds – parce qu’il faut pas déconner non plus. Il n’en reste que les locaux passent à la fontaine avec une avance de 16 points grâce à un dernier tir primé de Reggie Jackson à deux secondes de la sirène (20 points, 8 assists).

Après quelques minutes nostalgiques au centre du parquet, les acteurs réapparaissent sur le court et Stephen Curry préchauffe tranquillement (voir son manque de respect total dans le premier quart ci-dessus), rappelant que 16 points d’écart face aux Warriors équivalent à peu près à mener de 3 points contre toutes les autres franchises de la Ligue. L’écart se réduit donc peu à peu sous les bombes du MVP depuis le parking du Palace d’Auburn Hills ainsi que les coups de burin de « Swagzeli » dans la raquette. Revenu de blessure depuis peu, le Nigérian fête sa bonne forme avec un double-double de radin mais un double-double quand même (10 points, 10 rebonds et aucun pourboire pour le service en 23 minutes). Avant d’entamer la dernière période, les Pistons ont encore un petit matelas de 11 points qui n’est pas suffisamment confortable du goût de Stan Van Gundy. Les cols bleus vont alors passer aux Dubs un 17-2 assassin en début de quart-temps pour rassurer leur moustachu de coach et s’offrir une victoire nette et sans bavure face à l’équipe la plus difficile à battre cette saison. Ben Wallace pourra revenir, il semble porter chance aux Pistons, tout comme les stars de l’épopée de Detroit en 2004 qui s’était terminée par un titre. En effet, Chauncey Billups, Rasheed Wallace, Rip Hamilton et Tayshaun Prince étaient aussi présents au Palace pour honorer leur ancien coéquipier et assister à cette rencontre de gala. C’est la deuxième défaite en trois match pour les Warriors, la quatrième de la saison ce qui porte leur bilan à 37-4. Alors qu’ils étaient encore en avance sur les Bulls de 1996 à mi-chemin des 72 wins, les Dubs sont maintenant légèrement en retard sur leurs aînés à la mi-saison, Michael Jordan affichant un record de 38-3 à l’époque.

Malgré une nouvelle performance de haute volée (38 points, 7 rebonds, 5 assists à 7/15 derrière l’arc), Stephen Curry n’a pas pu empêcher ce véritable blow-out des Pistons (113-95). Toujours en convalescence, Draymond Green n’a pas su peser sur la rencontre comme il a l’habitude de le faire et Detroit ne lui a fait aucun cadeau pour son retour au pays. Les plus optimistes diront que c’était peut-être le rappel qu’il fallait aux Warriors pour arriver encore plus motivés lors des 41 prochains matchs de la saison et ainsi tenter de faire tomber cette marque mythique des 72 victoires.

Source : NBA.com

Source : NBA.com

Source image : Twitter @ESPNNBA

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top