Jazz

Utah prend la plus large défaite de son histoire

Il existe des soirées comme celle d’hier, où quoi que l’on fasse, il n’y a rien à faire. Le Jazz, habituellement très difficile à négocier à Salt Lake City, en a fait l’amère expérience lorsque les Rockets de Houston faisaient leur visite du mois.

Dans le cadre de la bataille pour la 8ème place de la Conférence Ouest, strapontin toujours aussi disputé chaque année dans l’intenable Conférence Ouest, Utah partait confiant avant le coup d’envoi. En effet, avec un des meilleurs records à la maison de la Ligue et une tradition transmise chaque année de réduire en bouillie le moindre adversaire qui tenterait de s’emparer d’une impensable victoire, le Jazz était censé réaliser son habituel concert, avec des coups de sifflets à leur avantage et un public toujours aussi hostile.

Sauf que les Rockets n’en ont eu tout simplement rien à foutre. Absolument insolents derrière l’arc (16/34 à trois points) et extrêmement attentionnés dans la portée de balle (5 balles perdues pour 27 passes décisives), les visiteurs se sont rapidement mis à embarrasser leurs hôtes, au point que le public siffle ses propres joueurs à la mi-temps, menés 57 à 39. Savaient-ils ce qui allait ensuite se passer ? Personne ne pouvait. 9 joueurs à plus de 50% au tir, 28 points minimum dans chaque quart-temps, la totale.

Une véritable pluie de tirs ouverts rentrés, une défense solide et une vitesse de jeu constante, les Rockets avaient l’air de jouer contre une équipe de NCAA. Voir l’équipe B d’une équipe de NCAA. Les Jefferson et Millsap privés de leur chouchou, Gordon Hayward (épaule), la machine à mormons s’est alors retrouvée en panne complète, et forcée à jouer jusqu’au bout afin de devoir fermer la salle rapidement derrière eux.

Au final ? 125 à 80, soit le plus gros écart pour une défaite dans l’histoire de la franchise, et la sensation pesante que le coach (Tyrone Corbin) ou les joueurs (Jefferson, Millsap) devraient bientôt être sur le siège éjectable. La précédente honte datait du 18 Novembre 1980, lorsque Milwaukee s’était amusé 126 à 93, soit 33 points d’écart. L’arène du Jazz était alors devenue quelques saisons plus tard un des endroits les plus hostiles tout sport américain confondu, grâce à l’ère Stockton-Malone notamment, puis de belles années de PlayOffs par la suite entre Deron Williams et Carlos Boozer.

Mais cette défaite devrait être plus lourde que prévue, cette franchise prenant particulièrement à coeur le moindre petit détail qui foire… Affaire à suivre donc, mais pour les fans de Jazz, changez de goût pour aujourd’hui : mettez-vous au rock…

[youtube width= »520″ height= »415″ video_id= »8lSnXtcBCXs »]

Source : NBA.com

1 Comment

1 Comment

  1. Christophe Hontas (@cristobal64)

    29 janvier 2013 à 12 h 57 min at 12 h 57 min

    RT @TrashTalk_fr: Utah prend la plus large défaite de son histoire http://t.co/uBjr2XnU

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top