10-day contract

Un 10-day contract en NBA, c’est une période d’essai. Comme son nom l’indique, c’est un contrat court, où le joueur a dix jours (ou trois matchs minimum) pour faire ses preuves afin d’essayer d’obtenir un contrat plus long au terme de cet essai. Un peu comme toi quand le McDo du coin te met à l’essai, sauf que là t’es plutôt sûr d’être pris si tu sais faire des frites. En NBA, savoir mettre la balle dans l’arceau ne suffit pas à être embauché même si certains le sont, avec de gros contrats d’ailleurs, et ont du mal à mettre des paniers (nous ne citerons pas de noms ici).

A la fin de contrat assez particulier, la franchise se retrouver alors face à un choix. Elle peut décider de renouveler une fois le contrat de 10 jours pour continuer de tester le joueur, soit le signer jusqu’à la faim de la saison directement, soit le laisser partir. Le 10-day contract offre de la flexibilité aux équipes qui peuvent mettre à l’essai un joueur sans s’engager trop rapidement. Ils peuvent être signés à partir du 5 janvier et permettent souvent à d’anciens joueurs ayant disparu du circuit de montrer qu’ils sont toujours suffisamment en forme pour contribuer au sein d’une équipe contender pour le titre. C’est par exemple le cas de DeMarcus Cousins qui a d’abord enchaîné deux 10-day contracts avec les Los Angeles Clippers en 2021 avant d’y signer jusqu’à la fin de la saison. Pour d’autres joueurs moins connus, c’est une manière de toucher du doigt leurs rêves de NBA et de concrétiser leurs belles performances dans des ligues inférieures à l’étranger ou en G League par exemple.

Révise ton alphabet et deviens bilingue en trashtalking avec le Lexique du TrashTalker

Liens utiles dans le lexique :

Source image : YouTube/Sacramento Kings


To Top