Spurs

Le maillot de Tony Parker officiellement retiré chez les Spurs : c’est fait, c’est historique, et c’est merveilleux

Tony Parker

Une des plus belles images de l’histoire du basket français, point barre.

Source image : NBA League Pass

C’était l’événement qu’on attendais tous, à tel point que certains avaient mis leur réveil à 4h du matin. Le retrait du maillot de Tony Parker, pour toujours, chez les Spurs ? Un moment historique, qu’on vous raconte en détail dans les lignes ci-dessous. Ambiance bombage de torse.

On ne va pas se mentir, cela démarrait plutôt mal pour l’ami Parker. Et pas parce que l’ambiance été morose, pas parce que les lumières étaient éteintes ou des invités étaient absents. Non, cela démarrait plutôt mal, car les Spurs venaient de s’incliner face aux Grizzlies, à domicile. Et quand on est dans une atmosphère festive, qu’on a envie de rendre hommage à une légende de sa franchise, le faire après un sale revers n’est pas ce qu’il y a de plus réjouissant. Cette drôle de situation un poil contraignante n’a finalement pas duré si longtemps. Elle a duré quelques minutes, le temps de plusieurs hommages vidéo diffusés sur l’écran géant du AT&T Center. Le temps de voir Matt Bonner et Sean Elliott nous raconter leurs histoires aux côtés de Mike Budenholzer, le temps que tout soit installé et la cérémonie puisse commencer. Et une fois que les chaises furent posées, les intervenants assis en arc de cercle, le temps s’est en quelque sorte arrêté. Pourquoi ? Parce que Tim Duncan, Gregg Popovich, Manu Ginobili, RC Buford, David Robinson, Boris Diaw, Chip Engelland, Bruce Bowen et Sean Elliott, réunis sur un petit espace, ça en impose. Et le public le ressentait, acclamant ses légendes en attendant the man of the hour. Une fois l’intro envoyée, Tony arrivait sur le parquet accompagné par Axelle sa femme ainsi que ses deux enfants, le visage souriant et à la fois crispé, cette bouille qu’on connaît si bien quand il s’agit de TP. Entouré de ses 4 titres de champion NBA, de tous ces visages remarquables et d’un public chargé en émotion, l’heure était aux accolades et aux félicitations. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que tout le monde a respecté son job, faisant de cette cérémonie un beau moment de bienveillance et de jeu collectif… façon Spurs.

C’était le speech de Boris, impeccable dans son mélange de légèreté et de finesse, cette patte so French et en même temps so cool qui permettait à tout le monde de décompresser un poil. Excellent comme d’habitude dans ce spot d’orateur, Diaw a rendu hommage comme il fallait à son frère, celui avec qui il a absolument tout vécu, du lycée au titre NBA. La salle chauffée comme une poêle beurrée, un peu trop apparemment puisque 5 chauve-souris se sont pointées dans l’arène, Boris laissa la parole aux autres dont Popovich, qui s’excusa immédiatement avec humour après tant d’années passées à maltraiter Parker dans les vestiaires comme à l’entraînement. Excuses acceptées avec un large sourire par Tony, qui ensuite a eu droit aux bises d’un David Robinson ému par le fait d’avoir marié Parker avec Axelle sa femme. Le finish, évidemment, revenait au duo Duncan – Ginobili, avec des paroles aussi douces que leur cohésion sur le terrain. Un ailier-fort qui n’aurait « jamais pensé voir ce gamin devenir le meneur durant toute sa carrière » et qu’il « n’échangerait contre rien au monde« , tandis que l’arrière argentin avait la gorge nouée en réalisant qu’en 15 ans de carrière, 1000 matchs joués et tant de moments vécus ensemble, Ginobili et Parker ne s’étaient tout simplement… jamais engueulés. Touché lui aussi par ces remarques, Parker serra fort El Manu contre lui avant de prendre la parole après une ultime vidéo en hommage à ses exploits. Petit détail qui fait la diff, les Spurs avaient dosé à mort sur l’émotionnel en mettant la musique qui va bien, histoire qu’en France les yeux qui brûlent à 5h du mat se transforment en yeux humides.

Alors quel Tony Parker s’est pointé au micro ? Et bien un Tony Parker complet, tant en tant qu’athlète qu’en tant que mari, en tant que coéquipier comme en tant qu’ambassadeur du basket français, en tant que meneur de jeu et en tant que businessman. C’est simple, TP a pris le temps de remercier quasiment tout le monde, comme s’il avait la liste parfaite des personnes à saluer en tête. Les intervenants présents sur le parquet, mais aussi sa famille, ses anciens coéquipiers, ses coéquipiers en équipe de France, sa femme, les fans qui se sont déplacés, tout le monde a eu droit à sa petite touche perso. Un geste aussi remarqué qu’apprécié par les nombreux observateurs présents cette nuit, qui voyaient les visages défiler comme la carrière de Tony devant ses yeux : Patty Mills, Tiago Splitter, Dejounte Murray, Fabricio Oberto, Matt Bonner et tant d’autres, c’était un peu le meneur de jeu qui reprenait du service le temps d’un soir, pour s’assurer que tout le monde était en bonne position à ce moment précis. Suffisamment drôle sans être suffisamment lourd, suffisamment sérieux pour dire à Pop qu’il a été « comme un second père » pour le joueur, TP a été vraiment bon, vraiment simple, et à l’image de sa franchise. C’est-à-dire ? Lorsqu’il a fallu boucler son discours, sa cérémonie, ce moment dont il a tant rêvé, Parker n’a pas cherché à nous claquer un couplet en live sur Balance-Toi, mais il a demandé un ultime GO-SPURS-GO en proposant aux fans de se croire à l’époque des duels face à Shaq et Kobe dans la Conférence Ouest afin que le bruit soit maximal. Tout ça, avant quoi ? Et bien, on ne va plus rien écrire, car les mots ne suffisent pas. Tout ça, avant cela :

Le maillot de Tony Parker, joueur Français, a bien été retiré pour toujours, dans une franchise NBA. Et pas n’importe laquelle, pas entouré de n’importe qui. Le grand Monsieur qu’est TP a été honoré comme il le fallait, et ce moment restera à jamais gravé dans les mémoires de ceux qui l’ont vu exceller au plus haut niveau. Allez, mouchoirs pour tout le monde, et comme a dit Pop dans son discours : on se retrouve bientôt au Hall of Fame… 

Les visiteurs ont tapé :

1 Comment

1 Comment

  1. 1stLeBronJamesFan

    12 novembre 2019 à 10 h 31 min at 10 h 31 min

    Le couplet sur balance toi et c’était parfait 😂😂😂.Mettre du Gim’s et pas du TP c’est moyen. En vrai moment mémorable pour tous les fans de basket et surtout francophones.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top