Equipes

Free Agency 2017 – épisode Magic : John Hammond doit faire mieux que Rob Hennigan…

John Hammond, nouveau GM du Magic d'Orlando

Arrivé des Bucks il y a peu, John Hammond va devoir gérer la Draft et la free agency 2017 du Magic un peu mieux que les dernières campagnes de Rob Henningan.

Source image : Youtube

Alors que le marché des agents-libres approche, chaque franchise doit affiner sa stratégie et les General Manager doivent avoir mis en favori le tableau de Rob Hennigan. Suffisant pour sortir gagnant de cette free agency en grattant du gros poisson ou en réalisant quelques bons coups avec des signatures bon marché ? Comme on fait son lit on se couche, parait-il. Ça tombe bien, nous on ne dort pas, on préfère offrir quelques conseils personnalisés à la sauce TrashTalk pour que chaque équipe prépare au mieux cette période cruciale.

Rob Henningan justement. Et bien il n’est plus dans le coin pour appliquer à la lettre sa stratégie décrite sur le fameux tableau, remercié par le Magic. C’est John Hammond qui a pris sa place et qui devra faire mieux que ce qu’on a pu voir sous le quinquennat précédent, avec une direction pas toujours très lisible et des choix douteux. Malheureusement les fonds ne seront pas illimités pour ce premier été, malgré quelques départs. Une nouvelle ère débute à Orlando, mais il va falloir vivre les premiers mois avec les vestiges et surtout les contrats de l’époque précédente. On attend d’en savoir plus sur les intentions de John Hammond et sur les joueurs sur lesquels il souhaite construire. Le noyau Vucevic – Fournier – Gordon – Ross a sa place en NBA. Biyombo est encore jeune, Payton aussi, malgré leurs lacunes ils peuvent trouver leur rôle, de préférence en sortie de banc.

Coup d’œil rapide

Masse salariale engagée pour 2017-2018 :

82 907 829 dollars, uniquement pour des mecs sous contrat. Mais C.J. Watson n’a qu’un million de garanti sur les cinq inscrits sur sa feuille de paie pour l’an prochain, alors que les 1,3 millions prévus pour Zimmerman sont eux-aussi non garantis. Bref, 5 millions économisables, mais qui seront certainement reversés aux deux picks du premier tour de la Draft dont dispose le Magic.

Team option – l’équipe a la main pour prolonger le joueur :

Néant

Player option – le joueur a la main pour rester ou tenter d’aller gratter plus d’argent ailleurs :

Néant

Restricted Free Agent – l’équipe peut s’aligner sur toute offre qui sera transmise à son joueur :

Patricio Garino et Damjan Rudez

Unrestricted Free Agent – le joueur est libre comme l’air :

Jeff Green et Jodie Meeks

L’agent-libre à retenir : personne

On ne va pas se mentir, aucun agent-libre présent à Orlando n’est indispensable, même pour Disneyland. Parce que bon, on sentait que l’idée Jeff Green était foireuse, on en a eu rapidement la confirmation. Jodie Meeks est un excellent joueur pour l’infirmerie. Damjan Rudez et Patricio Garino sont là pour faire le nombre. Autant dire qu’en dehors d’éventuellement vouloir continuer avec ces deux derniers en leur filant quelques cacahuètes parce qu’ils connaissent la maison, on peut laisser partir tout le monde sans regret.

L’agent libre à faire venir : P.J. Tucker

Les faiblesses du roster du Magic sont connues : l’adresse du parking, de la défense et de l’expérience. On aimerait bien leur proposer Paul Millsap qui apporterait tout cela et serait un excellent complément à Aaron Gordon : la capacité à défendre sur les 4 tout en apportant une adresse correcte du parking et surtout de la bouteille pour tout un vestiaire qui en manque cruellement. Mais en fait Paulo ne regardera même pas l’offre qui lui parviendra d’Orlando, qui de toute façon ne sera pas assez élevée par rapport à ce qu’il verra venir d’autres horizons. Alors on va juste partir sur le même principe d’un lascar capable de compléter le frontcourt actuel et de cohabiter avec Vuch’ et Gordon. Genre P.J. Tucker. Oui, vous avez bien lu, le LeBron-stopper des Raptors. Libre, son cas passera après celui de Kyle Lowry et Serge Ibaka à toronto et Masai Ujiri n’aura certainement pas assez de billets verts pour le retenir lui-aussi. Du coup le Magic serait bien inspiré de songer à l’ailier passé par Phoenix. S’il n’est certes pas un joueur premium, il apporte tellement de choses inconnues à Orlando qu’il se fera une place sans problème dans le roster, montrant l’exemple de la dureté et de l’intensité, même en cas de saison difficile. Ben ouais, c’est déjà ce qu’il faisait aux Suns. Du coup sans se ruiner, John Hammond ajouterait un élément parfait pour remettre sa nouvelle franchise sur de bons rails. Autre joueur avec plus ou moins le même profil : Luc Richard Mbah a Moute, qui lui attendra les choix de Chris Paul et Blake Griffin avant de voir si les Clippers ont encore du blé pour lui.

La connerie à ne pas faire : continuer sur la lancée de Rob Henningan

Il est facile de se moquer de l’ancien General Manager du Magic tant ses décisions ont paru incohérentes tout au long de son règne chez Mickey. Du coup on propose juste à John Hammond de ne pas laisser partir Jeff Green pour offrir le même salaire à Shabazz Muhammad, ce qui serait juste un changement de poste par rapport à l’été dernier et aux mouvements touchant Dewayne Dedmon et Bismack Biyombo. Enfin à la multiplication par vingt du salaire près, puisque cette fois-ci il sera impossible d’offrir du pont d’or à n’importe quel joueur. Alors on aimerait juste que du côté du front office on se pose cinq minutes, on choisisse une direction à prendre et on s’y tienne. P.S. : Evan Fournier est super bon, ne lui mettez pas de bâtons dans les roues, merci.

Reste donc pas mal de trous et quelques noms pour différents secteurs de jeu. Ilyasova, Mirotic ou Motiejunas pour compléter la raquette, sans solutionner les soucis de défense. Tony Snell pour compléter la rotation poste 2 et 3. George Hill ou Deron Williams pour suppléer Elfrid. Otto Porter serait sympa, mais le Magic n’aura pas le blé. Bref, on va surtout prier pour que les échecs rebondissent. Mario Hezonja, Bismack Biyombo et D.J. Augustin doivent se sortir les doigts pour soulager le taf de tout le monde. Dont celui de John Hammond.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top