Equipes

Fisher out mais une question subsiste pour les Knicks : c’est quoi ton plan Phil ?

Aujourd’hui, dans l’après-midi, nous avons appris que Derek Fisher s’était donc fait relever de ses fonctions de coach des Knicks et que Phil Jackson avait nommé Kurt Rambis en tant qu’intérimaire le temps de trouver un successeur capable de faire briller à nouveau un blason tant souillé sur les deux dernières deux saisons alors que l’ex coach aux onze bagues a repris la direction du sportif. Mais en fait, où en sont les plans du « Zen Master » ? Pourquoi virer Fisher en milieu d’exercice ? Qui sera son remplaçant sur le banc ? 

Oh oui, il y en a des questions à se poser sur la stratégie mise en place par Jackson. Il connait très bien le basket et la NBA c’est sûr. Il a fait un excellent boulot pour nettoyer le roster de « contrats boulet » comme celui d’Amar’e Stoudemire. Il a réussi un assez bon été avec la draft de « Porzingod » et en faisant venir ce qu’il pouvait trouver de mieux parmi les gars intéressés pour débarquer sur le radeau des Knicks alors qu’une tempête (saison à 17 victoires) venait de sérieusement détériorer l’écusson de la franchise. Mais sincèrement ce licenciement de Derek Fisher en plein mois de février est plutôt surprenant même s’il n’est pas injustifié étant donné les résultats assez déplorables obtenus par le « Fish » depuis qu’il est à la tête des Knickerbockers. C’est surprenant dans le sens où l’on ne voit pas bien l’intérêt de mettre un coach intérimaire pour finir une saison qui n’ira pas au delà de la régulière sauf miracle. On ne voit pas bien l’intérêt de ne pas laisser « Derek 0.4 » (spéciale dédicace à nos copains fans des Spurs) continuer de travailler avec cet effectif qui – n’ayons pas peur des mots – est encore beaucoup trop faible pour espérer pouvoir lutter avec les cadors de la ligue.

Avait-il perdu son vestiaire comme c’était le cas pour Blatt ? Ou comme c’est le cas pour George Karl dont la situation est de plus en plus précaire ? Les matchs ne donnaient pas cette impression. On peut bien évidemment reprocher à Fisher certaines erreurs en termes de rotation ou en termes de coaching pur comme lors de la défaite au Garden hier contre les Nuggets. On peut et c’est normal que cela énerve les fans ou les dirigeants. Mais à quoi s’attendre d’autre en nommant un coach rookie à la tête d’un effectif parmi les plus faibles de la ligue ? Et puis, en termes de timing, on aimerait bien que Jackson nous explique en quoi le fait de promouvoir Kurt Rambis en head coach va changer quoi que ce soit à la dynamique des Knicks… Pas sûr que ce genre de décision de mi-saison rassure les potenitels candidats pour la suite. Et, jusqu’à preuve du contraire, Rambis est loin d’être un génie du coaching. Il a été brièvement en charge des Lakers lors de la courte saison 1998-1999 avant de devenir assistant de… Phil lui-même. Puis l’ami Kurt s’est vu offrir le banc des Wolves qu’il a tenu pendant deux exercices de 2009 à 2011 avec à la clé un bilan catastrophique de 32 victoires pour 132 défaites ! Il faut dire qu’à l’époque l’effectif de Minnesota n’avait rien de transcendant et était architecturé autour d’un faux franchise player – Kevin Love – et de role players aux talents limités. Tiens, tiens. Voilà une équation qui n’est pas sans nous rappeler le roster actuel des Knicks. Surpris de voir Fisher se faire débarquer, nous serions tout aussi surpris de voir Rambis redresser instantanément le niveau de l’équipe.

Mais, de toutes façons, ce n’est pas ce qui va lui être demandé puisque Phil Jackson est clairement déjà en recherche de celui qui prendra la suite sur le banc de sa franchise pendant la prochaine inter-saison. Plusieurs noms circulent d’ailleurs déjà, comme le rapporte Brian Windhorst d’ESPN sur son compte Twitter.

Kurt Rambis est le coach intérimaire des Knicks mais des sources proches de la ligue croient que Brian Shaw et Luke Walton sont en tête de liste des candidats sur le long terme.

Des rumeurs qu’il faut tout de suite relativiser et mettre dans leur contexte tant ces choix ne semblent pas forcément adéquats. Nous avons pu admirer les qualités de coach de Brian Shaw – disciple du Zen Master – lors de son récent passage chez les Nuggets où il encaissé 85 défaites en 141 matchs et où ses mises en place tactiques ont laissé à désirer autant que son charisme. Or, New York a besoin d’un coach charismatique, un coach qui va tenir ses gars, les pousser à se dépasser, donner envie à d’autres gros joueurs de venir rejoindre la Big Apple pour la ramener vers les sommets. Luke Walton ?  Il est clair que vu ce qu’il a montré avec les Warriors sur la première moitié de la saison (39 victoires pour 4 défaites), le fils de Bill a de quoi faire saliver pas mal de franchises. Mais attention, ce bon Luke – qui lui aussi connait bien Jackson pour avoir gagné deux bagues sous ses ordres – a déjà laissé entendre qu’il serait prêt à prendre un poste de head coach mais avec un roster qu’il estimera capable de jouer les prétendants au titre. Pas sûr que ce soit le cas dès cet été chez les Knicks. S’il veut faire venir ce super assistant pour en faire un grand coach, Phil « Jax » va ainsi devoir se montrer très persuasif.

Un autre nom a circulé ces dernières heures concernant les possibles candidats à la reprise du radeau new yorkais, celui de Tom Thibodeau. C’est Ian O’Connor d’ESPN qui rapporte des infos provenant de sources – certainement très proches du dossier – sur son compte Twitter lui aussi.

Une source proche de Tom Thibodeau (vous voyez !) : les Knicks sont le job qu’il a toujours voulu. Il pourrait venir à la nage jusqu’au Madison Square Garden.

Alors si c’est ça le plan de Phil Jackson, on ne pourra que valider l’idée ! Avec son expérience, sa connaissance de la ligue et les résultats qu’il a déjà obtenu, Tom Thibodeau fait office de candidat parfait pour les Knicks. Surtout s’il autant envie de venir qu’on nous le dit… Et bosser pour tout mettre en place sportivement dans une franchise n’est pas quelque chose qui fait peur à Thib’s. Il aura sûrement quelques exigences en termes de roster lui aussi mais si Phil Jackson veut faire venir un coach de cette trempe, il faudra bien qu’il satisfasse certains de ses besoins. Thib’s aura-t-il envie de construire autour de Carmelo Anthony par exemple ? Une vraie question de plus que tous les futurs candidats vont devoir se poser avant de reprendre la main sur les Knicks.

Mais, pour finir, que ce soit Rambis, Shaw, Walton ou Thibodeau, ces messieurs n’ont qu’à bien se tenir car rien ne leur est assuré. En effet, il y a un autre candidat qui s’est déclaré intéressé pour le job. Et le moins qu’on puisse c’est qu’il a un sacré CV et de très bons arguments qui pourraient influencer Phil Jackson. Il s’agit tout simplement d’un autre ancien « élève » du Zen Master en la personne de Dennis Rodman.

Salut Phil ! J’ai un CV plutôt décent sur le terrain et je peux coacher, je suis disponible. Appelle-moi.

Si ça ce n’est pas une candidature en or… Avec Rodman aux commandes, une chose est sûre, les joueurs pourront visiter les meilleures boîtes de nuit du pays à chacun de leurs déplacements. Voilà qui égaierait sûrement l’ambiance entre deux fessées. Plus sérieusement et au-delà de la « blague Rodman », Phil Jackson doit vraiment avoir un projet solide dans les tuyaux. On l’espère pour lui parce que sinon, son image d’homme de la situation va en prendre un sacré coup.  Car, pour l’instant, la prise de pouvoir du « Zen Master » ne s’est traduite que par une saison absolument affreuse et celle en cours qui n’a rien de très rassurant finalement. Les Playoffs ne sont pas hors de portée mathématiquement mais sportivement ils semblent l’être en revanche. Ce changement de coach ressemble fort à un coup de chaud de la part d’un dirigeant dont on se demande quels sont les plans.

Il est arrivé en sauveur, orné de ses 13 bagues dont deux acquises en tant que joueur avec les Knicks. Il est celui qui devait ramener les succès à New York, celui sur qui tous les fans comptent, celui qui a offert un énorme contrat à Carmelo Anthony. L’échec n’est pas une option pour Phil Jackson car une NBA avec une Big Apple au top, ça commence à vraiment nous manquer. Ne nous en cachons pas, le Zen Master est aujourd’hui à un tournant très important de sa carrière de dirigeant…

Source image : SHANNON STAPLETON Reuters

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top