Old-School

Le pire souvenir en Playoffs des Rockets : 1997, le dagger de John Stockton

Les Playoffs approchent à grands pas, et s’ils sont très souvent synonymes de belles histoires à raconter à ses gosses, ils peuvent aussi réserver de superbes cauchemars de derrière les fagots. Pendant 30 jours, TrashTalk vous fait revivre ces tragédies qui hantent encore les têtes des fans de chaque franchise. Cette fois, c’est au tour des Rockets de Houston de grincer des dents et de se souvenir de l’époque où on ne défendait déjà pas, au point de laisser John Stockton seul pour un shoot décisif.

Consulter les autres cauchemars :
Nets / Lakers / Sixers / Suns / Magic / Kings / Knicks / Wolves / Hornets / Pelicans
Bulls / Mavericks / Pistons / Heat / Nuggets / Blazers / Pacers / Grizzlies / Bucks
 Thunder / Hawks / Clippers / Wizards / Jazz / Raptors

Le contexte

On est en 1997, les Finales de Conférence offrent un très beau duel entre le Jazz de Stockton et de son Facteur préféré, et les Rockets d’Olajuwon, Sir Charles ou encore Clyde Drexler. A cette époque, les deux franchises ont deux des maillots les plus swag de l’histoire, Jeff Hornacek ne se prenait pas encore des serviettes dans la gueule par Markieff Morris, et Greg Ostertag. Dans cette série, que des matches à domicile jusqu’au Game 5, Utah ayant l’avantage du terrain, ils ont donc un avantage 3-2 dans ces Finales de Conférence Ouest et peuvent finir le taf dans le Texas, sauf que les Rockets préfèreraient bien forcer un Game 7, quitte à retourner dans la ville du Lac Salé. Le match est serré et il y’a toujours une égalité parfaite, 100-100 à 3 secondes de la fin. A cet instant précis, on se dit que le Game 7 est inévitable et que tous les protagonistes vont retourner à Salt Lake City pour tenter de décrocher leur place en Finales NBA.

La suite des évènements

Sauf que tout ne va pas réellement se passer comme prévu, la dernière possession est pour le Jazz, Houston doit faire un stop pour encore pouvoir espérer. La remise en jeu est effectuée par Bryon Russell, John Stockton se démarque, bien aidé par un énorme écran cathodique de 176 pouces posé par Karl Malone (l’écran est peut-être mobile, on ne va pas se mentir). Stockton reçoit la balle, fait un dribble afin de se rapprocher du panier mais préfère allumer du parking, Barkley, pensant que Clyde Drexler allait réussir à garder son marquage sur Stockton, n’est pas sorti assez vite, et lorsqu’il arrive, la balle n’est pas encore rentrée mais le tir est déjà parti. La sanction paraît inévitable : ficelle pure et simple, un gros swish des familles pour envoyer le Jazz et son maillot violet ultra stylé en Finales NBA. Clutch City s’est fait « clutchiser » la gueule, aux portes des Finales. Utah va donc en Finale mais ne pourra pas empêcher les Bulls de MJ de réaliser le Three-Peat. Pire encore, le Jazz se prendra le même style de sanction qu’ils ont infligé aux Rockets un jour plus tôt, à savoir LE gros shoot de Jordan sur la tronche de Bryon Russell… Bon, ceci n’atténuera que peu la tristesse qui règne dans le Texas depuis ce shoot. Allez, whisky.

L’arrêt sur image

clutch city

Quand ton slogan se retourne contre ta team. (source : YouTube)

Le pire souvenir de chacun peut inévitablement changer, certains penseront aux deux échecs en Finales en 1981 et 1986, mais dans la majeure partie des cas, pour les fans des Rockets, le plus grand cauchemar qui refait surface à l’approche de la post-season est inévitablement cette ficelle du parking de Stockton pour envoyer ses potes en Finales. On se retrouve demain pour faire le point sur un nouvel événement qui rappellera de mauvais souvenirs à une autre franchise.

Consulter les autres cauchemars :
Nets / Lakers / Sixers / Suns / Magic / Kings / Knicks / Wolves / Hornets / Pelicans
Bulls / Mavericks / Pistons / Heat / Nuggets / Blazers / Pacers / Grizzlies / Bucks
 Thunder / Hawks / Clippers / Wizards / Jazz / Raptors


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top