Old-School

Le pire souvenir en Playoffs du Jazz : 1998, le shoot légendaire de Michael Jordan

Les Playoffs approchent à grands pas, et s’ils sont très souvent synonymes de belles histoires à raconter à ses gosses, ils peuvent aussi réserver de superbes cauchemars de derrière les fagots. Pendant 30 jours, TrashTalk vous fait revivre ces tragédies qui hantent encore les têtes des fans de chaque franchise. Cette fois, c’est au tour du Jazz d’Utah de grincer des dents et de se souvenir de l’époque où Michael Jordan jouait… Tout simplement.

Consulter les autres cauchemars :
Nets / Lakers / Sixers / Suns / Magic / Kings / Knicks / Wolves / Hornets / Pelicans
Bulls / Mavericks / Pistons / Heat / Nuggets / Blazers / Pacers / Grizzlies / Bucks
 Thunder / Hawks / Clippers / Wizards

Le contexte

On est en 1998, le Jazz retrouve pour la seconde fois consécutive les Bulls en Finales NBA. Les deux équipes se présentent avec le même bilan de 62 victoires pour 20 défaites mais Utah a gagné les 2 affrontements en saison régulière, ils partent donc avec l’avantage du terrain. Chicago est en course pour son second Three-Peat, sauf que du côté de Salt Lake City, on souhaite laver l’affront de la saison passée. A cette époque, John Stockton joue encore en caleçon et a déjà une dégaine de prof de chimie, Jerry Sloan ne s’est pas encore fait virer par Deron Williams et les cheveux de Dennis Rodman étaient colorés par un gosse de huit piges. Pour rappel, le format des Finales de l’époque est en 2-3-2, Utah remporte le Game 1 mais perd le second à la maison et cède donc l’avantage du terrain à Bill Wennington et ses potes. Chicago prendra une avance de 3-1 en remportant ses deux premiers matchs à la case (le Game 3 est une réelle branlée avec 42 points d’écart et seulement 54 points inscrits pour le Jazz), mais les Bulls perdent la cinquième manche, ce qui force tout ce beau monde à revenir dans la ville du Lac Salé pour un Game 6 qui peut quand même être décisif. A cet instant précis, on se dit que le Jazz peut largement réussir à forcer un Game 7 et obliger les deux franchises à prendre un peu de rab, comme Greg Ostertag à la cantine.

La suite des évènements

Sauf que tout ne va pas réellement se passer comme prévu. Le Game 6 est effectivement très disputé, malgré un Scottie Pippen très discret à seulement 8 points au final (aucun quart-temps ne s’est conclu avec plus de 6 points d’écart). Utah mène de 3 points (86-83) à une quarantaine de secondes de la fin du match, mais même si Bryon Russell s’emploie depuis le début du match pour contenir Jojo à 15/35 aux tirs, ce dernier en est quand même à 41 unités à cet instant du match. Sur un drive, le numéro 23 va prendre Russell de vitesse et scorer dans la peinture, plus qu’un point d’écart et 34 secondes à jouer. Stockton remonte le ballon et cherche son facteur de coéquipier près de la peinture, il est servi alors qu’il reste 10 secondes sur l’horloge des 24… mais Jordan surgit par derrière et lui vole le ballon, 19 secondes à jouer, le Delta Center retient toujours son souffle et bat probablement un record d’apnée au passage. Michael temporise, repique vers l’axe et envoie un gros pull-back dans la tronche de Bryon Russell avant d’allumer à 5 mètres du panier : LA FILOCHE ! Il reste 5 secondes à Utah pour y croire, mais ça commence sérieusement à sentir le roussi, n’en déplaise à Brian Scalabrine. La dernière possession est pour Stockton qui tente d’allumer derrière l’arc, mais le ballon heurte l’arceau, ressort et offre à MJ son second Three-Peat avec les Bulls. Du côté du Jazz, on n’a plus que ses yeux pour pleurer, d’autant que les ralentis semblent montrer une poussette de Jordan sur Russell lors de l’action décisive. Un goût encore très amer dans le gosier des habitants de Salt Lake City, un peu comme quand tu bois la tasse… dans un lac salé… Cette action est encore présente dans beaucoup trop de têtes du côté des fans du Jazz. Allez, whisky.

L’arrêt sur image

Le tir

Dès le départ du tir, il n’y a pas beaucoup d’espoir pour le Jazz, mais là il n’y en a plus. (source : YouTube)

Le pire souvenir de chacun peut inévitablement changer, certains penseront aux Finales également perdues 1 an plus tôt face à ces mêmes Bulls, mais dans la majeure partie des cas, pour les fans du Jazz, le plus grand cauchemar qui refait surface à l’approche de la post-season est inévitablement ce… enfin, CE tir (et cette poussette) de Michael Jordan sur le museau de Bryon Russell. On se retrouve demain pour faire le point sur un nouvel événement qui rappellera de mauvais souvenirs à une nouvelle franchise.

Consulter les autres cauchemars :
Nets / Lakers / Sixers / Suns / Magic / Kings / Knicks / Wolves / Hornets / Pelicans
Bulls / Mavericks / Pistons / Heat / Nuggets / Blazers / Pacers / Grizzlies / Bucks
 Thunder / Hawks / Clippers / Wizards


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top