Sixers

Markelle Fultz et son soudain changement de shoot : vrai souci long-terme, ou fausse raison de s’inquiéter ?

Markelle Fultz
Source image : YouTube

Si le sujet est aujourd’hui murmuré dans les rues de Philadelphie, il pourrait bientôt prendre de plus grandes proportions avec la saison régulière qui approche : Markelle Fultz a modifié son shoot, what the fuck ?

C’est un dossier qui anime, discrètement, la pré-saison et le camp d’entraînement des Sixers. Pas le départ-canon de Ben Simmons, pas la prolongation contractuelle de Joel Embiid, mais bien le changement de mécanique de tir opéré par le jeune rookie, drafté en première place de la cérémonie 2017. Un simple détail ? Pour certains oui, pour d’autres non. Il y a deux semaines, celui-ci faisait surface, en voyant des images de Fultz shooter ses lancers avec hésitation. Loin d’être adroit en université sur la ligne (65% de réussite), le phénomène s’était mis en tête de devoir déjà changer sa forme. Ce qui, sur le papier, pourrait représenter une belle idée dans l’optique de devenir un joueur plus complet. Sauf que, en réalité, réaliser ce type de modification aussi tôt peut bousculer une mécanique qui s’est installée au fil des années, et peut cimenter de mauvaises habitudes. C’est donc son coach, Brett Brown, qui est monté au créneau en premier en indiquant qu’il ne fallait rien lire entre les lignes : qu’il s’agissait simplement d’un test de pré-saison, mais que le garçon allait rapidement retrouver sa forme initiale. Coup de poing sur la table, on ne va pas bazarder ce qui a marché et fait de toi un 1er choix de Draft. Sauf que le shooting staff des Sixers a beau répéter les exercices, on obtient une session de lancers comme hier soir à Boston, qui nous donne plus de sueurs froides qu’autre chose. Ci-dessous, la différence entre le modèle de sa saison dernière et le modèle testé actuellement.

Du coup, la question est la suivante : est-ce qu’il s’agit vraiment d’un simple test, qui disparaîtra et laissera place à l’ancienne forme de shoot de Markelle, ou bien Fultz s’est-il enfoncé dans un mauvais chemin, qui lui causera de grosses galères en début de saison ? Le garçon a tenu à rassurer les siens en premier. Il y a deux semaines, le meneur affirmait ceci : mes lancers auront la même forme que celle que j’avais en université, j’essaye juste de voir les différentes manières qui existent pour mettre la balle dans le panier. D’accord. Bon, si le garçon est joueur, pourquoi pas. Mais il y a plutôt intérêt à ce que cette tentative amusante d’avant-saison ne devienne pas le genre de punchline sur laquelle on pourra tacler Fultz. Et surtout, que ce type d’initiative ne devienne pas une tendance sans l’avis de son coach ainsi que de son staff, sous peine de voir Markelle partir dans différentes directions sans suivre le chemin des plus grands. Dans le cas de certains, LeBron notamment qui envoyait du air-ball aux lancers lors de son arrivée en NBA, c’est par la suite que des modifications ont eu lieu. Une fois que les premières saisons sont passées, que le cyborg a posé sa tente sur la Ligue et qu’il s’est mis à zoomer sur des détails. Tout changer avant d’avoir joué une seule minute avec les géants ? Pas vraiment conseillé, ni observé par le passé. Surtout pour un numéro 1 de Draft aussi attendu. En espérant donc que ce ne soit qu’un “jeu”, plus qu’autre chose…

Ultra-talentueux, scoreur divin en devenir, Markelle Fultz a tout pour exploser les défenses en NBA. Mais que ce sentiment de puissance ne laisse pas un jeune padawan trop toucher aux réglages : un shoot, c’est pas comme une chemise, tu ne le changes pas tous les jours sans te soucier de la tête de la veille. On croise les doigts pour que la mécanique “à l’ancienne” revienne dès la reprise…


Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


To Top